Alors que la reconnaissance faciale est déjà largement utilisée en Chine, le gouvernement vient de faire passer une réglementation obligeant les personnes qui souhaitent acheter un nouveau téléphone ou choisir un nouveau contrat de téléphonie mobile à se soumettre à la reconnaissance faciale.

Avant cette nouvelle directive, les Chinois qui désiraient ouvrir une ligne de téléphonie mobile, ne devaient fournir "que" leur carte d'identité. Dorénavant, ils devront également scanner leur visage afin de vérifier qu'il correspond bien à la pièce d'identité présentée lors de l'achat.

Le ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information chinois s'est justifié de cette mesure en déclarant qu'il s'agissait de "protéger les droits et intérêts légitimes des citoyens contre les escroqueries et les inscriptions frauduleuses".

Surveillance de masse

En tous les cas, cette décision du gouvernement chinois pose de nouvelles interrogations concernant la surveillance d'Etat du cyberespace, des réseaux sociaux et, plus généralement, de la vie des citoyens chinois qui utilisent massivement leur téléphone mobile pour se divertir, regarder des films ou encore payer leurs factures.

La protection des données des utilisateurs est également en jeu. En effet, cette nouvelle base contenant les scans des visages des acheteurs de smartphones pourrait être piratée et les données des utilisateurs utilisées pour commettre des délits.

© REPORTERS

100 millions de Chinois espionnés

En octobre, la société allemande Cure53 révélait, après une longue enquête, que l’application "Study the Great Nation", développée par le groupe Alibaba pour apprendre à ses utilisateurs la pensée de Xi Jinping, possède une espèce de porte dérobée par laquelle les autorités chinoises peuvent accéder aux informations des utilisateurs (messages, photos, contacts, historique de navigation sur Internet). L'application en question compte plus de 100 millions d’utilisateurs, ce qui veut dire que le gouvernement espionne donc chacun de ces 100 millions d'utilisateurs. Utilisée par le parti communiste pour pousser sa propagande, le gouvernement chinois a déterminé que l'application était obligatoire à tous les citoyens habitant en Chine.

Dans un pays qui compte plus de 170 millions de caméras de vidéosurveillance et où la reconnaissance faciale est testée à l'entrée des lignes de métro ou des magasins, cette nouvelle mesure concernant l'achat des smartphones va permettre au gouvernement chinois d'accentuer son emprise sur son peuple.