"La gravité et la fréquence des cyberattaques sur les entreprises continuent d'augmenter à mesure que les techniques évoluent, que les nouvelles technologies élargissent l'éventail des menaces et que le travail s'effectue davantage à distance", a affirmé Steve Grobman, un des dirigeants de McAfee, société spécialisée dans la protection contre les attaques informatiques.

L'étude a été réalisée par McAfee et le groupe américain de réflexion Center for Strategic and International Studies (CSIS) et se base sur les chiffres de 2019.

Elle révèle que deux-tiers des 1.500 sociétés interrogées dans sept pays ont connu au moins un incident de sécurité cybernétique dans l'année.

L'enquête souligne aussi qu'au-delà des dommages financiers, les entreprises victimes subissent d'autres impacts négatifs en terme de réputation, de confiance des clients et d'heures de travail perdues.

Le coût moyen du plus long arrêt d'un système dans une entreprise après une attaque malveillante a été évalué à 762.231 dollars, selon les sociétés interrogées.

Un tiers des sociétés a connu des incidents de sécurité qui leur ont coûté entre 100.000 et 500.000 dollars. Le temps moyen d'interruption du système de l'entreprise touchée était de 18 heures.

Par ailleurs, un quart des entreprises (26%) affirme que leur marque a souffert après une cyberattaque et qu'il y a souvent des frais de communication, de consultations et de nouvelles embauches pour restaurer leur réputation et la confiance des utilisateurs.

Parmi les 1.500 groupes de plus de 1.000 salariés interrogés, 300 étaient aux Etats-Unis et 200 dans chaque pays au Canada, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Australie et au Japon.