Vers 11H15 GMT, le bitcoin chutait de 4 % à 49.565 dollars. La semaine a été dure pour la première cryptomonnaie: depuis son sommet historique atteint mi-avril à près de 65.000 dollars, il a fondu de presque 25 %.

Les autres cryptomonnaies étaient entraînées dans la glissade, et le marché total perdait 450 milliards de dollars sur la même période, à 1.820 milliards de dollars, selon le site Coinmarketcap qui recense plus de 9.000 cryptomonnaies.

La presse américaine rapporte que le président Joe Biden veut augmenter la taxation des transactions financières pour financer ses projets d'investissements massifs.

"La menace du régulateur, soit de façon directe soit à travers le percepteur, reste le talon d'Achille des cryptomonnaies", commente Jeffrey Halley, analyste chez Oanda. "Le bitcoin et les autres cryptos s'étaient aussi emballés avant l'introduction en Bourse de la plateforme Coinbase", a rappelé Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets.

Toujours en hausse de 70 % depuis début 2021

Depuis une semaine, deux autres informations ont pu effrayer: le week-end dernier, l'arrêt de plusieurs centrales en Chine a fortement ralenti le réseau, et le propriétaire d'une plateforme d'échanges turque s'est enfui avec deux milliards de dollars d'actifs d'investisseurs, selon des médias d'Etat.

Le bitcoin reste cependant en hausse de 70 % depuis le début de l'année. Ces derniers mois, plusieurs institutions de Wall Street, de JP Morgan à BlackRock, ont commencé à acheter des cryptomonnaies pour leurs clients, et le groupe Tesla y a même investi 1,5 milliard de dollars de sa trésorerie.

Si l'industrie de la finance, longtemps critique des cryptomonnaies, semble conquise, les régulateurs des marchés rappellent régulièrement que ces actifs décentralisés sont particulièrement volatils et que les acheteurs peuvent y perdre tout leur argent.