Le Trésor a publié mercredi soir un appel à consultation afin de répondre aux "défis" fiscaux posés par ces plateformes de la nouvelle économie dont le chiffre d'affaires est énorme mais dont l'organisation repose souvent sur une myriade de travailleurs indépendants.

Les personnes qui proposent leur service sur ces plateformes ne gagnent bien souvent pas assez pour être soumis au paiement de la TVA, le seuil étant fixé à 85.000 livres par an, d'où un manque à gagner pour le gouvernement.

Si ces particuliers étaient salariés de la plateforme, alors les clients des plateformes devraient payer le taux de TVA en place de 20%.

Selon le Trésor, l'économie du partage au Royaume-Uni, que ce soit dans le logement, le transport, les services à la maison ou la finance, devrait peser 140 milliards de livres en 2025, contre 7 milliards en 2016.

Les pouvoirs publics pourraient donc espérer récupérer 28 milliards de livres de TVA en 2025, une manne qui serait bienvenue compte tenu de la dégradation à grande vitesse des comptes publics face au coût faramineux des mesures mises en place pour amortir le choc économique de la pandémie.

Jusqu'à présent, le gouvernement a déboursé autour de 280 milliards de livres, dont une partie pour le dispositif de chômage partiel.

En conséquence, le déficit public devrait s'approcher des 400 milliards de livres pour l'année budgétaire 2020-2021 (achevée fin mars), tandis que la dette dépasse les 2.000 milliards de livres.

L'organisme public OBR (Office for Budget Responsibility), qui concocte les prévisions économiques et budgétaires pour le gouvernement, estime qu'il manquera des dizaines de milliards de livres pour équilibrer le budget au cours des cinq ans qui viennent.

Le gouvernement pourrait n'avoir d'autre choix que d'augmenter les impôts et réduire les dépenses.

Des experts fiscaux et des économistes, qui travaillent sous l'égide de la London School of Economics et l'Université de Warwock, plaident eux pour une taxe sur la fortune des millionnaires, qui pourrait rapporter 260 milliards de livres sur cinq ans.