Digital Une migration informatique a peut-être scellé le sort de la plateforme pionnière des réseaux sociaux.

Avant les YouTube, Soundcloud et autres Facebook, le paradis des amateurs de musique s’appelait Myspace. Inaugurée en 2003, il n’est pas usurpé de classer la plateforme communautaire comme l’un des pionniers des réseaux sociaux. À sa grande époque, durant les années 2000, le site figurait dans le top 5 mondial en terme de consultation, devant Ebay, derrière les géants du moment qu’étaient Yahoo !, AOL ou MSN. En 2008, il hébergeait plus de 230 millions de comptes ! Très orienté musique, il a surtout permis à quelques futurs grands noms de se faire connaître. C’est notamment par son biais que les Britanniques d’Arctic Monkeys ont accédé à la notoriété à l’échelle planétaire.

Grandeur et décadence

Mais ce qui a été n’est plus. Aujourd’hui, concurrencé par Facebook et les autres réseaux sociaux, Myspace n’est plus que l’ombre de lui-même. Ses heures de gloire auront duré un peu moins d’une décennie malgré une tentative de remise à niveau en 2013 avec la version beta de ce qui s’appelait New Myspace.

Coup fatal

Pour la plateforme, le coup de grâce est peut-être tombé ce lundi avec l’annonce de la perte possible - probable ! - de douze années de fichiers photo, vidéo et audio que les millions d’utilisateurs avaient téléchargé sur ses serveurs entre 2003 et 2015. En cause : une migration informatique qui a manifestement mal tourné. "Nous vous présentons nos excuses pour le désagrément occasionné et vous suggérons de conserver vos copies de sauvegarde", signale le site. Voilà qui ne va pas restaurer la confiance… D’autant que dès avant 2015, de nombreux utilisateurs avaient déjà signalé des problèmes d’accès aux contenus téléchargés et qu’en 2016, des pirates s’étaient emparés de très nombreuses données personnelles qu’ils avaient par la suite mises en vente...