La Banque centrale du Nigeria (CBN) a demandé vendredi aux banques de fermer les comptes utilisant des cryptomonnaies, rappelant qu'elles ne sont pas autorisées dans le pays, pourtant deuxième plus grand marché de bitcoins au monde. Dans une note publiée sur son site internet, la CBN "rappelle aux institutions financières qu'utiliser des cryptomonnaies ou faciliter les paiements impliquant celles-ci est interdit" au Nigeria et leur demande "d'identifier les personnes ou entités utilisant des cryptomonnaies" afin "de fermer immédiatement leurs comptes".

En 2017, le Nigeria avait affirmé que les monnaies virtuelles n'étaient pas légales dans le pays, mais cette annonce n'avait pas empêché une partie de ses habitants d'investir massivement dans ces monnaies, jusqu'ici tolérées.

La jeunesse nigériane raffole du bitcoin

Avec la crise économique déclenchée par la chute des prix du pétrole en 2016, puis aggravée par la pandémie de coronavirus, de nombreux Nigérians voient dans le bitcoin une monnaie refuge.

La jeunesse du pays le plus peuplé d'Afrique est aussi connue pour son dynamisme, notamment dans le secteur des nouvelles technologies, et de nombreuses start-up utilisant ces monnaies sont nées ces dernières années.

Le Nigeria est ainsi devenu le deuxième plus gros marché de bitcoin au monde, derrière les Etats-Unis.

Le pays est également connu pour abriter un nombre important de cyber-arnaqueurs, friands des transactions en cryptomonnaies.