Odoo, l’entreprise wallonne de logiciels dont la croissance affole les compteurs (son chiffre d’affaires progresse à un rythme annuel supérieur à 60 %), a un gros appétit. "En 2021, avait annoncé Fabien Pinckaers, fondateur et CEO d’Odoo, en décembre , nous allons engager 1 000 nouveaux collègues, dont 500 rien qu’en Belgique." Le fraîchement désigné "Manager de l’année" s’attend à ce que l’effectif d’Odoo atteigne la barre des 2 000 collaborateurs à la fin de cette année.

Cela fait déjà un petit temps qu’Odoo éprouve de grosses difficultés à trouver des candidats. Les entreprises du secteur technologique se livrent une véritable "guerre des talents". C’est surtout le cas pour les développeurs, profils en forte pénurie.

Pour organiser sa chasse, Odoo s’est tournée vers le Forem. L’entreprise de Grand-Rosière-Hottomont (qui vient de s’implanter aussi à Louvain-la-Neuve) recherche 200 développeurs. "Odoo s’est adressé au Forem pour mener une double mission : promouvoir ses offres d’emploi et organiser une présélection des candidats répondant aux profils demandés", indique Thierry Ney, porte-parole du Forem.

Le Forem a ainsi repéré 1 200 demandeurs d’emploi résidant à proximité des deux sites d’Odoo. Pour évaluer le niveau des demandeurs d’emploi, le Forem et Odoo leur ont soumis un "casse-tête chinois", suivi d’un challenge informatique. De quoi fermer la porte à celles et ceux n’ayant pas un diplôme en informatique ? "Ce sont avant tout les compétences que nous allons rechercher, comme la maîtrise d’un langage de programmation par exemple", explique Emy Gilson, HR Talent Acquisition Officer chez Odoo.

Plusieurs dizaines de personnes sont en train de franchir les dernières étapes de la procédure de sélection, avec un CDI à la clé pour les lauréats. L’objectif est de permettre aux premiers candidats d’intégrer Odoo d’ici à la fin du mois.