Digital

Une start-up qui s’allie à un grand groupe ? Au profit du client final ? Démonstration dans le cadre de notre rendez-vous One Hour Challenge.

Communithings, dont nous présentons et évaluons la solution innovante ci-contre, est un bon exemple du bénéfice qu’une start-up peut retirer d’une collaboration avec un grand groupe (corporate). Nous avons consacré récemment un dossier à cette thématique ("Start-up et grands groupes : ticket gagnant ?", Libre Entreprise, 8/9). L’une des conclusions était de dire qu’une grande entreprise peut gagner en agilité et en rapidité d’exécution, tandis que la start-up peut faire de la corporate un allié et, parfois, son premier client.

Si Communithings n’a pas attendu de croiser le chemin d’Orange Belgium pour développer sa solution de smart parking, sa participation à la première édition de l’Orange Fab (2017-2018) l’a aidée à accélérer durant les trois mois que dure le programme.

On voit un triple avantage à cette collaboration. Tout d’abord, sur un plan technique, le fait, pour Communithings, d’avoir accès aux ingénieurs d’un opérateur actif dans trente pays (rassemblant plus de 250 millions de clients !) est une aubaine. Deuxièmement, la force de frappe commerciale du groupe Orange, doté d’un réseau de distribution qu’aucun autre groupe belge de télécoms peut offrir, donne une visibilité incomparable au produit de la start-up belge. Orange Belgique a mis Communithings en contact avec ses clients afin de réaliser différents projets pilotes (villes, entreprises, autorités portuaires, aéroport…). La jeune pousse a même pu installer sa solution dans le parking d’Orange Belgique et celui d’Orange Luxembourg. Dans chaque cas de figure, Etay Oren et son équipe ont pu convaincre de nouveaux clients et toucher des clients finaux.

En retour, Orange espère, avant tout, enrichir son portefeuille d’innovations au profit de ses clients (particuliers et entreprises). C’est clairement le cas avec Communithings.


Communithings

© MARIE RUSSILLO

Pour parler de Communithings et de sa solution de smart parking, le plus simple est d’évoquer un cas très concret. Ce cas est celui de la ville de Liège et de la solution Shop&Drive, dont le déploiement a démarré en juillet. Le principe ? Offrir une solution de stationnement gratuite, mais limitée dans le temps (30 minutes), aux automobilistes qui se rendent dans le centre de la Cité ardente. Dans une première phase, Communithings a installé des capteurs sans fil de faible puissance - tous connectés au réseau national NB-IoT lancé par Orange Belgique en 2017 - dans vingt rues commerçantes, ce qui a permis de créer 223 places Shop&Drive.

Pour l’automobiliste, la solution est à la fois intéressante (puisqu’il ne paie pas la première demi-heure de stationnement) et pratique (une application mobile identifie les emplacements disponibles en temps réel). L’expérience du client s’avère aussi bien plus agréable dans la mesure où il ne perd plus de temps à trouver une place disponible et où il n’a pas besoin d’apposer un disque bleu ou d’envoyer un SMS. Le simple fait de se garer sur une place "intelligente" suffit à détecter le véhicule et à enclencher le compteur.

Du côté de la ville de Liège, l’intérêt principal de la solution - active du lundi au samedi, entre 8 et 18 heures - est de stimuler les activités commerciales dans l’hyper-centre grâce à une rotation accrue des véhicules à chaque place de parking. "Les agents de stationnement sont informés en temps réel de la durée du stationnement, explique Etay Oren, cofondateur et CEO de Communithings. Les gestionnaires du stationnement recevront des statistiques sur les habitudes d’utilisation par parking ainsi qu’une analyse comparative entre les périodes (heures, jours, etc.)". De quoi optimiser sensiblement l’utilisation des places disponibles. Si on en croit M. Oren, les déploiements précédents, notamment à Mons, ont permis une multiplication par trois du nombre de rotations de véhicules à chaque place de parking connectée.

Cette solution "clé en main" de parking intelligent ne se limite pas à la Belgique, loin de là ! Communithings, dont la création remonte à 2014 et qui emploie 12 personnes (réparties entre Bruxelles et Madrid), est en effet déjà active dans dix pays et sur trois continents. "En termes de capteurs déployés, c’est en Nouvelle-Zélande que nous avons réalisé notre plus grand projet".

La phase de scaling de la start-up, accompagnée par Orange Belgique (lire ci-contre), devrait donner lieu, dans les mois à venir, à une grosse levée de fonds. Jusqu’ici, les trois fondateurs (Etay Oren, Ann Demarche et David Gillot), tous dotés d’une forte expérience dans le secteur des télécoms, ont notamment pu compter sur Wallimage Entreprises et Brustart.

Outre l’expansion internationale, Communithings ambitionne aussi d’affiner sa solution de smart parking (en ciblant les places réservées aux personnes à mobilité réduite, en identifiant les bornes pour véhicules électriques, etc.) et de développer de nouvelles applications (notamment dans la perspective des véhicules autonomes). Sans oublier de monnayer son trésor de guerre : les données récoltées.


Avis du coach Roald Sieberath (Leansquare)

© MARIE RUSSILLO
Une équipe pragmatique, inventive et rodée, ça donne un projet avec un impact intéressant dans le smart parking. Là où d’autres s’attaquent au problème avec du software (application), Communithings l’aborde par le hardware. Certes, c’est une solution plus lourde, qui nécessite de placer des plots dans chaque emplacement de parking que l’on souhaite rendre intelligent, mais elle offre une souplesse bien plus grande, toujours en combinaison avec une "app". La solution a été déployée à Liège et à Mons, avec un bon mix de carotte et de bâton. L’automobiliste en vient à changer ses comportements, ce qui est du pain béni pour les responsables de la mobilité urbaine. Le business modèle a évolué (paiement par mois et par emplacement); d’autres modèles connexes peuvent se développer. À présent que la solution a été validée, la société cherche à passer à la vitesse supérieure en la déployant dans d’autres villes à travers un réseau d’intégrateurs, d’opérateurs et d’équipementiers. La société dispose aussi d’autres solutions de monitoring d’emplacements de parking. La solution hardware nous semble toutefois plus distinctive et prometteuse. C’est là que nous conseillerions de placer le focus.

© IPM


Avis de l'expert Gert Pauwels (Orange Belgium)

© MARIE RUSSILLO
La Smart City est devenue le Saint Graal de la scène IoT (Internet of Things) et de la mobilité depuis dix ans. L’arrivée d’énormes centres commerciaux a eu un impact considérable sur les rues commerçantes des villes. Lorsque vous n’avez plus la possibilité de garer votre voiture à proximité de la boulangerie, de la boucherie, de la librairie ou du fleuriste, le risque est de mettre en péril les magasins qui forment une communauté commerçante locale dynamique. Dans de nombreuses villes, le besoin d’un stationnement intelligent est donc très présent. Avec un dispositif comme celui proposé par Communithings, les données des capteurs de stationnement sont envoyées vers un serveur où chaque partie prenante (municipalités, gestionnaires des parkings, automobilistes…) a accès aux informations qui le concerne.

En tant qu’entreprise de télécommunications, cette évolution présente plusieurs points intéressants. La mobilité est en effet au cœur du métier des "telcos". En particulier, les solutions plug-and-play pour les parkings intelligents font parties des nouveaux services visant à numériser la ville de demain. En combinant la force d’un bon produit à celle de la distribution commerciale d’un opérateur de téléphonie mobile, vous obtenez une solution win-win.

© IPM


© LLB