Les plaintes pour cyberattaques ont explosé en 2019.

Piratage de comptes, cyberattaque, prise de contrôle d’ordinateurs.

Cette année, les autorités belges ont reçu trois fois plus de déclarations de cyberincidents qu’en 2018, relevaient, vendredi, les quotidiens L’Écho et De Tijd.

Ces chiffres ont été communiqués par la Première ministre Sophie Wilmès (MR), qui est aussi en charge du Centre pour la cybersécurité en Belgique.

La Cert (Computer Emergency Response Team) du Centre a reçu cette année pas moins de 4 484 déclarations de cyberattaques, contre 1 600 l’an passé.

"La majeure partie de ces attaques sont des tentatives de fraude", détaille la porte-parole du Centre pour la cybersécurité, Katrien Eggers.

Quarante pourcents de plaintes en plus

"Cette année, la police fédérale a aussi reçu 40 % de plaintes en plus, constate la Première ministre Sophie Wilmès. Cette augmentation est importante et malgré tout, il ne s’agit que de la partie visible de l’iceberg. Car les entreprises ne déclarent pas systématiquement les cyberattaques dont elles sont la cible."

Selon Mme Wilmès, en dépit du nombre croissant de plaintes, la Belgique progresse dans sa lutte contre la cybercriminalité même si elle affiche du retard dans la transposition d’une directive européenne dont l’objectif est de mieux protéger les infrastructures contre ces attaques. Il s’agit notamment d’établir une cartographie des secteurs de la distribution d’eau potable et des soins de santé.