"Les crypto-monnaies sont une alternative au cuivre et non à l'or lorsqu'il s'agit de se protéger de l'inflation", a expliqué Jeff Currie, responsable mondial de la recherche sur les matières premières chez Goldman Sachs, dans une interview à CNBC.

Pour se protéger de l'inflation, l'investisseur mise généralement sur l'or, valeur refuge, mais certains voient également le bitcoin comment un remplaçant moderne de lingots. Ces investissements sont considérés comme une protection contre une baisse du pouvoir d’achat de l’argent due à la hausse des prix.

L'or atteint des sommets

Le prix de l'or a atteint, mardi, son plus haut niveau depuis cinq mois. Une once troy (31,1 grammes) a temporairement value 1.914,64 dollars à la bourse de Londres. Les spécialistes voient une explication dans l'inflation. Aux États-Unis, l'inflation annuelle a étonnamment augmenté pour atteindre un solide 4,2 % en avril, et les prix augmentent également ailleurs. Dans la zone euro, il était de 2 % en mai, le niveau le plus élevé depuis novembre 2018 et supérieur à l'objectif de près de 2 % de la Banque centrale européenne.

Pendant ce temps, les crypto-monnaies ont connu une course folle. Le bitcoin, par exemple, est en hausse de plus de 25 % en 2021 mais en baisse de plus de 25 % au cours des trois derniers mois.

S’adressant mardi à “Squawk Box Europe” de CNBC, Jeff Currie a déclaré que les investisseurs ne devraient pas voir les monnaies numériques comme un substitut à l’or. "Il y a une corrélation entre le bitcoin et le cuivre, dans la mesure où il y a le même appétit pour le risque", explique-t-il. "Le bitcoin et le cuivre agissent comme des couvertures contre l’inflation ”à risque”, par rapport à l’or, qui est considéré comme une valeur refuge, ou sans risque."

Le cuivre a atteint des sommets historiques à la mi-mai avant de subir une forte baisse vers la fin du mois, pour rebondir à nouveau la semaine dernière.

"Il y a une bonne et une mauvaise inflation", ajoute le responsable de Goldman Sachs. "Une bonne inflation, c’est quand elle est tirée par la demande, et c’est ce que le bitcoin ou le cuivre couvre."

"L’or couvre la mauvaise inflation, où l’offre est réduite, ce qui est … concentré sur les matières premières."

Inflation et hausse des taux « anticipées »

Dans une note lundi, Goldman Sachs a suggéré que les matières premières restent globalement la meilleure couverture contre l’inflation pour les investisseurs à la recherche d’une protection contre un ralentissement potentiel.

Dans la note, l’équipe de recherche sur les matières premières de Jeff Currie a noté que puisque les actions évaluent les prévisions de bénéfices et de croissance, elles constituent une bonne couverture contre "l’inflation anticipée". Cependant, une fois que les anticipations inflationnistes deviennent suffisamment imminentes pour suggérer que les banques centrales pourraient être contraintes de relever les taux d’intérêt, les actions cessent d’être aussi utiles qu’une couverture contre l’inflation, ont-ils soutenu.