On peut les comprendre. Si vous n’en avez pas encore testé, cela vaut le coup. Mais attention, c’est un achat qui représente un investissement financier important. Il ne doit se justifier que si on en a l’usage, même si le vélo électrique est à la mode.

J’ai eu l’occasion de tester un vélo prêté par la firme Bosch qui fournit en moteur un grand nombre de fabricants de vélos. Il était enchâssé sur un cycle de la marque Cannondale (modèle Canvas Neo Remixte). Ce modèle comportait 10 vitesses et un moteur de type CX développant 650 Wh.

Rouler à vélo avec assistance électrique (VAE), c’est comme rouler avec un vélo classique, mais sans les inconvénients : peu d’effort donc peu de transpiration. Si vous entamez une forte montée ou si vous avez le vent de face, il suffit de changer le mode pour récupérer de l’énergie. La présence d’un moteur ne dispense pas de pédaler pour avancer, mais sans se fatiguer. Au premier coup de pédale, l’aide se fait sentir et le moteur entendre. La souplesse du moteur est remarquable. Même en 10e, vous pouvez démarrer sans devoir diminuer de vitesse.

Ecran LCD et smartphone

À droite du guidon, le levier des vitesses, à gauche la manette de contrôle pour changer de puissance et gérer l’application pour smartphone. Au centre, un petit écran LCD qui donne les infos de pourcentage de charge et du kilométrage restants. Un smartphone n’est donc pas nécessaire pour commander le vélo. Si vous en utilisez un, il sera tenu fermement dans un support. Lors du test, même sur les routes pavées ou les chemins empierrés, le téléphone ne s’est pas décroché.

Le système Cobi.bike fait le lien entre votre téléphone et le vélo via la manette à 6 boutons fixée au guidon. En plus de commander les différents modes d’assistance, il gère vos contacts et votre musique, prend et passe des appels. L’appareil répond également à des commandes vocales. De plus, l’application propose un service de navigation et se connecte à des services tiers d’itinéraires, comme "Komoot" qui permet, notamment, de préparer ses virées cyclistes. Il peut aussi afficher les paramètres de capteurs de santé, comme la fréquence cardiaque, si vous en disposez.

Selon le choix du mode d’assistance parmi les 4 disponibles (Eco, Tour, eMTB et Turbo) l’ajout d’énergie sera différent et l’autonomie aussi. 53 % de la batterie a été utilisée pour parcourir les 34 kilomètres d’un trajet travail domicile en programme "Turbo", le plus vigoureux. Mais, vous devez jouer entre les différents modes pour jouir d’une aide constante. En effet, dès 25 km/h, la limite légale, elle se coupe et vous ressentez le poids du vélo (ici moins de 30 kg) et le vôtre. La solution est de sélectionner une assistance moindre et/ou une vitesse inférieure, diminuer son allure ou de choisir un vélo dit "speed pedelec" qui peuvent atteindre 45 km/h.

Cannondale Canvas Neo Remixte
Le vélo testé : un Cannondale Canvas Neo Remixte © Etienne Scholasse