Notoriété, authenticité et respect des règles: Twitter a clarifié jeudi ses critères d'attribution du badge bleu, qui signifie qu'un compte est certifié et donc davantage fiable, a priori, que ceux du commun des utilisateurs.

Le badge "permet aux personnes sur Twitter de mieux connaître celles et ceux avec qui elles discutent et de déterminer si elles sont dignes de confiance, ce qui, selon nos recherches, favorise des conversations plus sereines et mieux informées", a expliqué le réseau social dans un communiqué.

La plateforme tente de se montrer plus transparente sur un processus considéré comme trop opaque et arbitraire par de nombreux utilisateurs. Elle leur a demandé leur avis en 2020, reçu plus de 33.000 contributions, et défini un nouveau processus pour décrocher le précieux sésame.

A partir de jeudi, les utilisateurs non certifiés qui souhaitent obtenir le badge pourront postuler. Pour être éligible, ils doivent relever d'une des six catégories identifiées: gouvernement, entreprises, presse, divertissement, sports (et jeux vidéos), militants.

D'autres catégories devraient être ajoutées, pour les scientifiques et les leaders religieux par exemple.

Le réseau social, qui compte actuellement quelque 360.000 profils vérifiés, a mobilisé des équipes pour faire face à la potentielle avalanche de demandes dans les jours et semaines à venir. Elles seront chargées d'évaluer la notoriété des candidats, mais aussi de vérifier qu'elles sont bien qui elles disent être et qu'elles respectent les valeurs affichées par la plateforme.

Les politiques pas au-dessus des règles

La certification pourra être retirée si les profils distingués ne sont pas à la hauteur de leurs responsabilités, notamment s'ils ne respectent pas les règles de la plateforme. Twitter a rappelé dans une conférence de presse que les comptes de dirigeants politiques ne seraient pas au-dessus des règles.

L'ex-président américain Donald Trump a ainsi été définitivement banni du réseau en janvier pour les avoir enfreintes de manière répétée. Il est accusé d'avoir incité à la violence certains de ses partisans qui ont envahi le Capitole à Washington lors de la cérémonie de certification de la victoire de Joe Biden.

La plateforme a de nombreux chantiers en cours visant à gagner - ou regagner - la confiance des utilisateurs. Comme ses voisines de la Silicon Valley, elle suscite beaucoup de critiques autour de son rôle dans la propagation de la désinformation et de son modèle économique, fondé sur la publicité, et donc l'attention et les données des consommateurs.

La société basée à San Francisco prépare notamment le lancement d'abonnements payants à des comptes prépondérants, avec des avantages et privilèges pour les abonnés. Elle travaille aussi à une rénovation des profils, qui inclura notamment, de façon plus officielle, les pronoms par lesquels les utilisateurs veulent être désignés (il, elle, iel, etc).

Twitter veut aussi authentifier plus clairement deux types de comptes un peu différents: les comptes robotisés (qui donnent la météo, par exemple) et les comptes dits "de mémoire", pour les utilisateurs décédés.