L'autorité américaine de régulation des communications (FCC) a révélé lundi les gagnants d'une vente aux enchères de licences pour des bandes de fréquences propices à la 5G, la nouvelle génération de téléphonie mobile ultra rapide, censée révolutionner certaines industries.

Verizon est arrivé en tête avec un investissement de 1,89 milliard, suivi par Dish (913 millions), puis Charter, Comcast et Cox.

Les Etats-Unis ont récemment annoncé qu'une bande de fréquences de 100 megahertz (MHz) serait libérée d'ici la fin de l'été, pour répondre aux besoins des opérateurs américains en termes de capacité, alors que des pays comme la Corée du Sud, la Chine ou le Japon ont pris de l'avance.

La première génération de téléphonie mobile permettait de passer des appels, la 2G d'y ajouter du texte, la 3G de commencer à envoyer des images et la 4G de développer l'internet mobile et les usages vidéo.

La 5G doit tout accélérer, démultiplier la vidéo (y compris les jeux vidéo) et servir à connecter tout ce qui ne l'est actuellement pas: les usines, les transports, les véhicules autonomes, la santé connectée, etc.

"Avec ces 100 MHz additionnels, les Etats-Unis ont désormais un spectre contigu de 530 MHz de bandes moyennes, de 3,45 à 3,98 GHz, pour permettre le fonctionnement de réseaux 5G de plus haute capacité", avait déclaré le ministère de la Défense dans un communiqué.

Plus les fréquences sont basses, mieux elles se diffusent. Les opérateurs qui utilisent le spectre basse-fréquence de la 5G couvrent donc plus de territoire, mais fournissent des vitesses nettement moins élevées.

Verizon, de son côté, s'était jusqu'à présent concentré sur les hautes fréquences qui permettent des vitesses très rapides, mais sur des espaces très restreints.

Le spectre moyenne-fréquence - la bande dite des 3,5 GHz - devrait lui permettre d'améliorer sa stratégie 5G à l'échelle du pays.