Le Trésor américain va geler les éventuels avoirs aux Etats-Unis de la China National Electronics Import and Export Corporation (CEIEC) et de toute entreprise dont la compagnie d'Etat détiendrait au moins 50% du capital. Ces sanctions leur bloquent aussi l'accès au système financier américain.
Selon Washington, la CEIEC apporte son expertise à l'entreprise publique de télécommunications du Venezuela qui a bloqué des médias indépendants ainsi que des retransmissions en streaming du chef de l'opposition Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par le gouvernement américain et de nombreux autres pays européens et sud-américains.
La société chinoise offre, d'après le Trésor américain, une "version commerciale du +Great Firewall+ de Pékin" -- jeu de mots sur la Grande Muraille de Chine (Great Wall) et le pare-feu (firewall) pour décrire le filtre mis en place par le pouvoir communiste afin d'éviter tout accès des Chinois à des informations qu'il juge politiquement sensibles.
"Les Etats-Unis n'hésiteront pas à viser tous ceux qui étouffent la volonté démocratique des Vénézuéliens et d'autres à travers le monde", a prévenu le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin dans un communiqué.
La Chine est un des principaux soutiens et partenaires commerciaux du Venezuela du président Nicolas Maduro, qui résiste à la pression économique de Washington pour le chasser du pouvoir.
Invitée à réagir, une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying, a dénoncé mardi lors d'un point presse régulier "un prétexte [des Etats-Unis] pour s'en prendre à ces entreprises vénézuélienne et chinoise" et menacé de représailles.
Le gouvernement vénézuélien, de son côté, a dénoncé dans un communiqué les "actions illégales du gouvernement des Etats-Unis" qui chercherait à "déstabiliser" le pays à l'approche des élections parlementaires.
Caracas organise dimanche des élections législatives à l'occasion desquelles le dirigeant socialiste espère reprendre le contrôle de l'Assemblée nationale, seule institution dominée par l'opposition.
Juan Guaido appelle au boycott de ce qu'il considère, à l'instar de nombreux observateurs internationaux, un processus truqué.
Selon le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, la CEIEC "soutient les actions malveillantes du régime Maduro pour réprimer la contestation politique et saper les processus démocratiques depuis 2017".