Les accidents du travail graves ont augmenté en 2021

En cas d'accident grave au travail, les entreprises et organisations sont tenues de faire procéder à une enquête et de se faire accompagner afin d'éviter qu'une telle situation ne se reproduise à l'avenir.

La Libre Eco avec Belga
Selon le service d'expertise, l'augmentation du nombre d'accidents de travail graves chez les nouveaux travailleurs s'expliquerait en partie par le rétrécissement du marché de l'emploi.
Selon le service d'expertise, l'augmentation du nombre d'accidents de travail graves chez les nouveaux travailleurs s'expliquerait en partie par le rétrécissement du marché de l'emploi. ©Shutterstock

Le nombre d'accidents du travail graves a augmenté de 2,11 % en 2021 par rapport à l'année précédente, ressort-il mercredi des chiffres du service de prévention externe de Liantis. Selon la société de ressources humaines, plus de sept accidents sur 10 en 2021 concernaient des collaborateurs occupés depuis moins de cinq ans. Il s'agit là d'une légère augmentation par rapport à 2020.

L'an dernier, le service de prévention externe de Liantis a examiné 679 cas d'accidents du travail graves - avec issue fatale ou ayant entraîné des lésions graves ou permanentes - survenus auprès d'employeurs belges. En 2020, le nombre d'accidents du travail graves s'élevait à 665, soit une différence de 2,11%, pointe la société. En 2019, avant la crise du coronavirus et le télétravail, 664 accidents graves avaient été recensés au travail, un chiffre quasiment identique à celui de 2020, ajoute-t-elle. Le nombre d'accidents mortels au travail a en revanche diminué en 2021, passant de 14 en 2020 à huit.

Accidents graves chez les jeunes travailleurs

Selon le service d'expertise, l'augmentation du nombre d'accidents de travail graves chez les nouveaux travailleurs s'expliquerait en partie par le rétrécissement du marché de l'emploi. "En raison de la pénurie de main-d'œuvre, beaucoup de personnes peu ou pas expérimentées ont dû être engagées. Cela augmente le risque d'accident grave, bien que la plupart des accidents du travail puissent pourtant facilement être évités", a déclaré le directeur chargé de la gestion des risques chez Liantis, Frédéric Papeleux.

Les blessures les plus fréquentes touchent les doigts, les pieds ou les chevilles et ensuite les mains et les poignets. Il s'agit dans la plupart des cas (73,3 %) de fractures et de brûlures (11,5 %). "Souvent, les collaborateurs s'efforcent aussi de travailler le plus vite possible dans l'intérêt de leur entreprise, mais c'est rarement une bonne idée", souligne M. Papeleux.

En cas d'accident grave au travail, les entreprises et organisations sont tenues de faire procéder à une enquête et de se faire accompagner afin d'éviter qu'une telle situation ne se reproduise à l'avenir, rappelle enfin Liantis.

Les statistiques globales de l'Agence fédérale des risques professionnels (Fedris) sur les accidents du travail seront publiées à l'automne.

Sur le même sujet