Ces jobs étudiants qui sortent de l'ordinaire

Selon une étude réalisée par Ranstad Research, à Bruxelles, 83% des jeunes ont un job étudiant en parallèle de leurs études. 87% en Flandre et 78% en Wallonie.

Ces jobs étudiants qui sortent de l'ordinaire
©Shutterstock
Lola Buscemi

Même si la majorité des étudiants travaillent dans l'Horeca et dans le commerce de détail, certains ont un job étudiant qui se démarque.

Tutrice pour les étudiants en situation de handicap

Lilou a 19 ans et est en première année de bachelier en sociologie et anthropologie à l'UCLouvain. Son job est au sein de l'université; elle fait du tutorat et du secrétariat d'examen pour les étudiants en situation de handicap. Tous les étudiants atteint d'un handicap, d'une maladie grave ou d'un trouble de l'apprentissage peuvent en bénéficier. Pour la partie tutorat, cela consiste simplement à transmettre ses cours. "Cela ne me prend pas de temps en plus, je leur envoie mes notes par mail. En plus, cela me pousse à suivre correctement mes cours." se réjouit-elle.

Le secrétariat d'examen demande plus d'engagement. Il faut être disponible pendant les périodes d'examen. Lilou et l'étudiant en situation de handicap se retrouvent dans une salle. Si la personne n'est pas en mesure d'écrire, elle dicte ses réponses aux examens. Sinon, elle écrit au brouillon et Lilou retranscrit au propre. Pour le tutorat et le secrétariat d'examen, le salaire est de 10 euros/heure. "C'est un job qui me permet d'avoir un revenu sans grande difficulté et qui me permet d'aider les autres, c'est super." dit Lilou.

Dj le week-end

Pour Jeremy, son travail, c'est la nuit. A partir du vendredi soir, il est DJ dans des discothèques bruxelloises. "La musique, ça a toujours été ma passion." dit-il. Et faire la fête aussi. Alors, il a commencé par apprendre les rudiments du mixage et faire le DJ lors de ses soirées entre amis. Cela fait maintenant 3 ans qu'il fait ce job. "Ca n'empiète pas sur ma semaine de cours, c'es idéal. Et j'ai quand même le temps de réviser le week-end", assure Jeremy. Il est actuellement en première année de Master en architecture à l'ULB.

Mannequin à temps partiel

Charlotte est mannequin. Étudiante en master en langue et lettres modernes, elle ne foule pas les podiums, mais fait des photos pour des publicités. Actuellement en dernière année, Charlotte avait besoin d'un job qui ne soit pas régulier. C'est via une page Facebook qu'elle a postulé, après avoir vérifié que ce n'était pas une arnaque, pour devenir mannequin photographie. "J'avais besoin de revenus complémentaires mais je ne me sentais pas d'être engagée avec des horaires fixes." dit Charlotte. Le salaire varie mais c'est plutôt bien payé. "Je trouve ça marrant pour un job et des fois, ça m'a même donné l'occasion de voyager et d'avoir une jolie photo pour mon CV." plaisante-t-elle. Elle ne souhaite toutefois pas en faire son métier et arrêtera surement à la fin de ses études.

Assistant dans un refuge animalier

Yves, lui, est étudiant en première année de journalisme et travaille auprès des animaux dans un refuge. Mais ce n'est pas un refuge comme les autres. Il s'occupe des animaux de la ville : les pigeons, les chouettes, les cygnes et parfois même, les renards ! Le refuge, le Centre de soins pour la faune sauvage de Bruxelles, recueille plus de 3 000 animaux chaque année. Yves les soigne, nettoie les cages, et leur donne à manger. Il a toujours aimé les animaux, alors c'est une vraie aubaine pour lui. "Le seul problème c'est que je dois me lever tôt pour aller au refuge avant les cours." dit Yves.

Jeune fille au pair

Alice, enfin, est fille au pair pendant les mois de vacances. Après le blocus de juin, elle part généralement deux ou trois mois dans des pays étrangers pour s'occuper d'enfants. Elle est logée et nourrie, a même de l'argent de poche et deux jours de libres dans la semaine. Cela fait maintenant trois ans qu'elle fait ça. "J'ai pu allier ma passion du voyage avec un job étudiant, c'est l'association parfaite pour moi. En plus, cela m'a permis de parfaire mon anglais." dit-elle. Beaucoup d'organismes gèrent ces échanges et encadrent la procédure. "Il faut être prêt à vivre dans une famille inconnue." prévient Alice. Elle finit ses études à l'ULB dans quelques mois, et pense faire jeune fille au pair aux Etats-Unis pendant douze mois après l'obtention de son diplôme. Ce ne sera alors plus un job étudiant, mais un emploi à plein temps !

Sur le même sujet