Plus d'un réfugié ukrainien sur deux pourrait trouver du travail en zone euro, selon la BCE

Pour accélérer l'intégration des réfugiés ukrainiens, l'UE leur a donné le droit d'accéder au marché du travail, qui connait un manque de main d'oeuvre.

La Libre Eco avec AFP
Jusqu'à 8,3 millions de réfugiés pourraient avoir fui l'Ukraine d'ici la fin de l'année.
Jusqu'à 8,3 millions de réfugiés pourraient avoir fui l'Ukraine d'ici la fin de l'année. ©BELGA

Plus d'un réfugié ukrainien sur deux gagnant la zone euro pourrait y exercer un emploi, permettant ainsi de "légèrement atténuer" le manque de main d'oeuvre sur le marché du travail, relève la Banque centrale européenne lundi.

Sur la base des vagues précédentes de réfugiés et en adaptant au contexte actuel, il est envisagé "un taux d'activité à moyen terme compris entre 25 % et 55 % pour les réfugiés" venus d'Ukraine et en âge de travailler, selon un article publié dans le bulletin mensuel de l'institution.

Pour accélérer l'intégration des réfugiés ukrainiens, l'UE leur a donné le droit d'accéder au marché du travail.

L'augmentation de l'offre de main-d'oeuvre qui va en résulter "pourrait légèrement atténuer les tensions observées sur le marché du travail de la zone euro", où "la demande de main-d'oeuvre (est) actuellement dynamique" et où l'on observe "l'aggravation des pénuries de compétences", selon l'article.

Pénurie de travailleurs

De nombreux pays européens, dont l'Allemagne, première économie de la zone euro, connaissent déjà des difficultés de recrutement qui vont s'aggraver en raison du vieillissement de la population.

Les réfugiés ukrainiens rencontrent cependant des obstacles qui vont de l'inadéquation des compétences aux connaissances linguistiques insuffisantes jusqu'au manque de structures d'accueil pour les enfants.

L'Ukraine a imposé la loi martiale dans tout le pays lorsque la Russie a lancé son offensive armée le 24 février, empêchant les hommes âgés de 18 à 60 ans de quitter le pays. Ainsi, les premières vagues de réfugiés ont été composées de personnes âgées, d'enfants et enfin de femmes en âge de travailler.

À moyen terme, une fois la loi martiale levée, la population masculine venant d'Ukraine devrait augmenter : entre 50 % et 75 % des réfugiés qui arrivent dans la zone euro seront en âge de travailler, selon l'article. Cela conduirait à une augmentation comprise "entre 0,2 % et 0,8 % de la population active de la zone euro", soit "entre 0,3 et 1,3 million" de personnes, estime la BCE.

Selon le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU, jusqu'à 8,3 millions de réfugiés pourraient avoir fui l'Ukraine d'ici la fin de l'année. Nombreux sont ceux qui restent un premier temps dans les pays frontaliers de l'Ukraine, comme la Pologne, avant de se déplacer progressivement vers d'autres destinations.