De plus en plus d'étudiants belges travaillent : "Jamais leur nombre n'a été aussi élevé"

 Plus de 300 000 d’entre eux pourraient avoir un job cet été. On va vers un record pour cette année

De plus en plus d'étudiants belges travaillent : "Jamais leur nombre n'a été aussi élevé"
©Shutterstock

Quelque 77 % des étudiants comptent travailler pendant les vacances d’été, selon la dernière enquête sur le travail des étudiants de Randstad, menée auprès de 1 000 étudiants de plus de 15 ans (lire à ce propos le dossier de La Libre Eco week-end ce samedi 25 juin). On retrouve là le niveau de 2019.

L'enquête montre aussi que 72 % travaillent comme jobistes pendant le reste de l'année. "Jamais cette proportion n'a été aussi élevée", constate le spécialiste du recrutement. "Et jamais la différence n'a été aussi ténue entre l'été et le reste de l'année." Lors de la première étude en 2004, seuls 30 % des étudiants travaillaient durant l'année scolaire. Les explications : une législation toujours plus flexible et la pénurie sur le marché du travail. Le Covid semble aussi avoir eu des répercussions : de nombreux étudiants ont été embauchés pour pallier les cas de quarantaine. L'étude montre aussi que 66 % des étudiants conjuguent les deux périodes de travail : 45 % effectuent divers petits travaux comme du baby-sitting et du jardinage et 32 % s'impliquent comme bénévoles.

Des opportunités

"Tous les indicateurs laissent à penser qu'on va vers un record cette année", indique Sébastien Cosentino, porte-parole de Randstad. "À Pâques on avait déjà dépassé le précédent record de 2019", avance de son côté Thierry Evens, de l'Union des Classes moyennes (UCM), qui estime qu'on pourrait arriver, sur l'année, à 600 000 ou même 650 000 contrats d'étudiants contre 550 000 en 2019. La moitié sur l'été.

"Tous les secteurs sont en demande en même temps. Pendant la crise sanitaire, certains secteurs étaient à l'arrêt alors que d'autres étaient en forte demande. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Et puis l'été est toujours une période où la demande pour des jobs d'étudiants est élevée. Cette année encore plus, les salariés fixes auront envie de voyager puisque les frontières sont à nouveau ouvertes", note Sébastien Cosentino qui constate aussi que "certains secteurs ont déjà du mal à trouver des collaborateurs fixes et ont donc besoin des étudiants. Le fait que les étudiants constituent une main-d'œuvre moins chère n'est pas la principale motivation des entreprises qui font appel à eux. Elles le font surtout pour remplacer du personnel absent."

"D'habitude, les autres années pratiquement tous les contrats pour l'été sont déjà signés à Pâques", indique Thierry Evens. "Or on constate cette année que des entreprises sont toujours à la recherche d'étudiants. Il y a donc encore des opportunités."