Partager ses bénéfices avec les employés : la "prime bénéficiaire" en légère hausse dans les entreprises belges

Instaurée en 2018, cette prime permet aux employeurs d'octroyer une prime à leurs travailleurs en cas de bons résultats de l'entreprise.

La Libre Eco avec Belga
"Le montant brut moyen est actuellement de 900 euros; l'année dernière, il était de 700 euros", indique SD Worx.
"Le montant brut moyen est actuellement de 900 euros; l'année dernière, il était de 700 euros", indique SD Worx. ©Shutterstock

Le nombre de travailleurs recevant une prime bénéficiaire progresse légèrement. Ce système instauré en 2018 concernait, sur les 7 premiers mois de 2022, 1,62 % des travailleurs, contre 1,57 % à la même période l'an dernier, selon des données de SD Worx.

La part des employeurs accordant une telle prime est par contre en baisse, passant de 1,84 % en 2021 à 1,45 % cette année. "L'augmentation du nombre de primes reçues s'explique notamment par le fait que les employeurs de 250 à 1 000 salariés ont effectivement plus de salariés. Après le lancement en 2018, la proportion d'employeurs offrant la prime bénéficiaire avait triplé en trois ans, passant de 0,64 à 1,84 %. Mais la crise du coronavirus a porté un coup sévère aux bénéfices et donc aux primes", analyse la société spécialisée en ressources humaines.

La prime bénéficiaire permet aux entreprises d'octroyer une partie ou la totalité du bénéfice d'un exercice comptable à ses travailleurs au travers de cette prime liée aux résultats.

"Le montant varie chaque année", explique Tulay Kasap, conseillère juridique chez SD Worx. "Après la clôture de l'exercice, un employeur peut décider chaque année d'opter ou non pour la prime bénéficiaire sur la base des résultats de l'année précédente. (...) Le montant brut moyen est actuellement de 900 euros; l'année dernière, il était de 700 euros."

Jusqu'à présent, ce sont surtout les PME comptant jusqu'à 50 travailleurs qui ont trouvé le chemin de la prime bénéficiaire. Près de neuf employeurs sur dix (86,5 %) qui accordent celle-ci ont en effet moins de 50 travailleurs.

L'incitant est assez prisé dans les secteurs "où la guerre des talents fait rage. Les employeurs souhaitent conserver leur personnel et leur donner un avantage financier supplémentaire en partageant les bénéfices. Les secteurs des soins de santé, de la construction, de la production alimentaire, des TIC, des transports... utilisent la prime bénéficiaire pour récompenser davantage leur personnel".