Voici le premier critère des Belges pour choisir un employeur

C'est ce qui ressort d'un nouveau rapport de la Vlerick Business School et de Deloitte Belgique.

La Libre Eco
Les jeunes entreprises devraient améliorer leurs systèmes de
récompense financière et réfléchir aux possibilités de promotion.
Les jeunes entreprises devraient améliorer leurs systèmes de récompense financière et réfléchir aux possibilités de promotion. ©Copyright (c) 2018 Ivanko80/Shutterstock. No use without permission.

La Vlerick Business School et Deloitte Belgique viennent de dévoiler les résultats de la septième édition du Rising Star Monitor. Ce rapport donne un aperçu des tendances et des défis auxquels les jeunes entreprises à fort potentiel doivent faire face aujourd'hui en Belgique.

Il ressort que pour les Belges, la culture d'entreprise est l'attribut numéro un pour choisir un employeur. En seconde position d'intérêt on retrouve les récompenses financières, suivies du confort (flexibilité des conditions de travail) et de l'adéquation des ressources. "Pour les employés qui souhaitent rejoindre des start-up et des scale-up, la culture d'entreprise est encore plus importante, commente Veroniek Collewaert, professeur d'entrepreneuriat à la Vlerick Business School. Nos recherches suggèrent qu'il est judicieux d'investir dans la culture, car elle ne fournit pas seulement une raison solide pour que les employés rejoignent une entreprise, mais aussi pour qu'ils y restent et s'y donnent à fond."

"C’est vraiment pour les requins": être payé uniquement au bonus, bonne ou mauvaise idée ?

Trouver des profils qualifiés, un défi

En outre, l'étude révèle que pour les employeurs, trouver et recruter des employés qualifiés est un défi majeur : 56 % considèrent le recrutement de talents doués comme l'un de leurs principaux défis commerciaux. Le plus grand besoin concerne les profils seniors, car une majorité d'entreprises perçoit une pénurie sur le marché d'employés seniors expérimentés (86 %).

"Dans l'ensemble, la main-d'œuvre de nos scale-up est assez jeune. Pas moins de 21 % d'entre eux n'ont même pas 25 ans, et seulement 7 % ont plus de 50 ans. Cependant, à mesure qu'une entreprise se développe, ses besoins en termes de compétences et de maturité évoluent également. Nous constatons que de nombreuses scale-up ont du mal à trouver et à intégrer des profils seniors qui 'comprennent' le monde des scale-up", souligne Veroniek Collewaert.

Les développeurs, designers et programmeurs web constituent les profils les plus recherchés par la moitié des entreprises. Ils sont suivis de près par une pénurie de personnel dans les domaines de la vente, du marketing et du développement commercial.

Les femmes sous-représentées

Enfin, dans l'ensemble du marché du travail belge, les femmes sont légèrement sous-représentées avec 53 % de la population active composée d'hommes. Le fossé se creuse en revanche dans la main d'œuvre des jeunes entreprises belges à fort potentiel, puisque 75 % des employés sont des hommes et seulement 25 % des femmes.

Les femmes sont surtout sous-représentées dans l’ICT, le commerce de gros et de détail et l'industrie manufacturière, et plus représentées dans la recherche scientifique et les services professionnels et techniques, où le taux de femmes atteint 42 %.