Cela représente près d'un tiers des effectifs, a indiqué le syndicat chrétien. La direction a fait part de son intention mercredi au cours d'un conseil d'entreprise extraordinaire. Dans le détail, le poste de 65 employés et 75 ouvriers est menacé. Aujourd'hui, 471 personnes travaillent sur le site malinois où sont produits des capteurs, des vannes et des systèmes de frein. La direction espère rendre l'usine plus compétitive grâce à cette restructuration. La procédure Renault a été initiée.