Sabena: le conciliateur social entre dans la danse

Après avoir négocié de vendredi à dimanche sans aboutir à un accord, la direction de la Sabena et les syndicats ont décidé dimanche de faire appel à un conciliateur social, les deux parties ne parvenant pas à s'entendre sur les modalités du plan social de la restructuration de la compagnie aérienne belge. Il appartiendra au gouvernement de désigner ce conciliateur.

Sabena: le conciliateur social entre dans la danse
©Belga

Les syndicats et la direction de la Sabena ont décidé dimanche soir de faire appel au gouvernement afin qu'il désigne un conciliateur social dans le cadre des négociations relatives au plan de redressement de la compagnie aérienne. Vers 16 heures, les membres de la direction s'étaient réunis pour évaluer l'état des négociations au «Sabena House». Les syndicats les ont rejoints vers 17 h 30.

«Nous avons décidé d'une nouvelle voie de négociation», a déclaré de son côté le porte-parole de la Sabena, Wilfried Remans, après cette réunion, avant de préciser qu'à partir de ce moment, «ce serait le silence radio».

SANS ABOUTIR

Les discussions ne portent ni sur un scénario de faillite ou de concordat, ni sur des licenciements supplémentaires, mais sur la façon dont vont se poursuivre les négociations, avait expliqué un peu avant le représentant syndical Karel Gacoms (FGTB).

Il appartiendra maintenant au gouvernement de désigner ce conciliateur, dont la tâche sera d'aider les deux parties à trouver un accord. Celles-ci ont négocié de vendredi à dimanche, sans aboutir. La Sabena s'est engagée début août dans une restructuration qui doit notamment se traduire par la suppression de 1 600 postes de travail sur 13 000 salariés.

Le PDG de la compagnie, Christoph Mueller, avait estimé le 17 septembre que Sabena ne survivrait pas «plus de quelques mois» si le volet social de son plan de restructuration n'enregistrait pas des progrès rapidement. Dimanche soir, le ministre belge des Entreprises publiques, Rik Daems, a regretté que la direction et les syndicats de la Sabena ne soient pas parvenus à un accord durant cette journée annoncée comme décisive. «Il est déjà presque trop tard, les syndicats jouent avec le feu», a-t-il déclaré sur la VRT.

LE MINISTRE JOUE AVEC LE FEU?

Selon le ministre, on se borne à reporter la décision en raison du mauvais climat dans le secteur aérien. Partout dans le monde, les compagnies aériennes annoncent des licenciements, il est illusoire de penser que seule la Sabena y échappera, a-t-il expliqué.

«C'est le ministre qui joue avec le feu», s'est empressé de lui répondre Karel Gacoms (FGTB). «Sabena est une entreprise qui emploie 12 000 travailleurs. Pourquoi ne pourrait-on pas envisager des prépensions à 50 ans, comme cela se fait dans bien d'autres entreprises», a-t-il estimé en réponse aux propos du ministre. De leur côté, les pilotes de la Belgian Cockpit Association (BeCA) répondront positivement à une invitation du conciliateur, a fait savoir Philippe Van Rossem, au nom des pilotes.

«Nous avons déjà fait part d'une proposition visant à réduire notre salaire en échange du maintien de l'emploi. Après concertation avec la direction, nous allons approfondir cette proposition», a-t-il également indiqué. Les pilotes organiseront une assemblée du personnel mardi soir et tous les membres du personnel seront invités.

© La Libre Belgique 2001