Vande Lanotte au coeur de l'accord Astoria

La commission Sabena s'est plongée lundi dans l'étude de l'accord dit `de l'Astoria´, dont il apparaît qu'il a été l'oeuvre de trois hommes, le vice-premier ministre Johan Vande Lanotte, son chef de cabinet Jannie Haek et Patrick De Maseneire, ancien administrateur entendu lundi par la Commission.

La commission Sabena s'est plongée lundi dans l'étude de l'accord dit `de l'Astoria´, dont il apparaît qu'il a été l'oeuvre de trois hommes, le vice-premier ministre Johan Vande Lanotte, son chef de cabinet Jannie Haek et Patrick De Maseneire, ancien administrateur entendu lundi par la Commission. Grands absents des négociations, le ministre de tutelle Rik Daems et le président du conseil d'administration Fred Chaffart. Cet accord, conclu dans la nuit du 16 au 17 juillet 2001, prévoyait une ultime recapitalisation de la Sabena par Swissair en échange de l'abandon des poursuites engagées par l'Etat belge. `Nous ne pouvions pas avoir de contacts avec Daems ou Chaffart, alors qu'ils venaient d'entamer une action juridique contre Swissair´, a hier Patrick De Maseneire. C'est dans une très large mesure l'ancien administrateur qui a négocié les grandes lignes de ce qui deviendra l'accord de l'Astoria. `Felix Weber, un Suisse directeur financier d'Adecco, m'avait contacté le jeudi soir avant l'accord, et dit que Mario Corti avait un problème avec la Sabena et qu'il voulait trouver une solution´, a-t-il expliqué. M. De Maseneire, alors aux Etats-Unis, prend contact avec le patron de Swissair et regagne la Belgique. Les deux hommes se parlent régulièrement au cours des jours qui suivent. Parallèlement, Patrick De Maseneire maintient le contact avec Jannie Haek. `Ma conviction était qu'un procès allait nous faire perdre trop de temps´, a-t-il raconté. `J'avais demandé à Haek si l'Etat belge serait prêt à un compromis. Il m'a clairement répondu oui´, a-t-il poursuivi. On connaît la suite... (Belga)

© La Libre Belgique 2002

Untitled Document PUBLIREDACTIONNEL
Le projet InterVAT permet aux assujettis à la TVA de rentrer leur déclaration via l'internet. La sécurité de l'opération requiert un certificat digital tel que Belgacom E-Trust™: il vous permet de signer électroniquement la déclaration.
More Info

Sur le même sujet