Champions les Belges, mais...

La Belgique, médaille de bronze de la productivité? Non, la nouvelle n'est pas tombée hier soir au Mémorial Van Damme. Elle émane d'un rapport officiel du Bureau international du travail qui décerne la médaille d'or à la France et celle d'argent à la Norvège pour la productivité sur une base horaire. Suivant ce critère, les trois pays européens font mieux que les Etats-Unis qui s'adjugent la palme en valeur absolue.

PAR PIERRE LOPPE

La Belgique, médaille de bronze de la productivité? Non, la nouvelle n'est pas tombée hier soir au Mémorial Van Damme. Elle émane d'un rapport officiel du Bureau international du travail qui décerne la médaille d'or à la France et celle d'argent à la Norvège pour la productivité sur une base horaire. Suivant ce critère, les trois pays européens font mieux que les Etats-Unis qui s'adjugent la palme en valeur absolue. C'est que les travailleurs américains ont presté en moyenne 1825 heures par an en 2002 contre une moyenne de 1300 à 1800 heures par an pour les principaux pays européens...

Champions, les Belges? S'ils arrivent troisième avec 34 dollars/heure, devançant les Américains qui affichent 32 dollars/heure, c'est pour des raisons qui ne tiennent pas uniquement à la qualité de leur travail!. Ainsi il se peut que la technologie qu'ils utilisent leur permette d'être plus efficaces que d'autres sur une période d'une heure, relève le BIT. De plus, calculent les experts, cette productivité élevée va de pair avec un taux d'emploi qui est inférieur en Belgique à ce qu'il est dans d'autres pays. Gare au trompe-l'oeil! Dans les pays où le coût du travail est très élevé, ce qui est bien entendu notre cas, et dans ceux où l'on s'évertue à réduire la durée du travail, comme en France, les entreprises ont tendance à optimiser le rendement du capital investi par travailleur et à organiser le travail de façon très rigoureuse. C'est une bonne chose en soi, naturellement. Mais la médaille a son revers: si nos ateliers, nos chaînes d'assemblage et nos bureaux sont parmi les plus performants au monde, les forces de travail n'y trouvent pas nécessairement leur compte. Le volume global de l'emploi en souffre comme le prouvent les chiffres du chômage qui relèvent fâcheusement la tête ces derniers temps...

Par chance, d'autres facteurs entrent en ligne de compte dans le calcul de la productivité horaire: la motivation, la formation et les compétences. De ce point de vue-là au moins, les petits Belges n'ont à coup sûr pas à rougir...

© La Libre Belgique 2003