Neuhaus a déniché l'oiseau rare

Neuhaus a trouvé l'oiseau rare pour remplacer Marlène Voncken à la tête de l'entreprise. «Le conseil d'administration de Neuhaus a approuvé à l'unanimité la candidature du nouvel administrateur délégué. Mais ce dernier nous a demandé de ne pas encore dévoiler son identité, le temps de régler son départ avec son employeur actuel. C'est une question de jours», a précisé Guy Paquot, le président du conseil d'administration de Neuhaus.

Neuhaus a déniché l'oiseau rare
© FRÉDÉRIC SABLON
S.Vdd.

Neuhaus a trouvé l'oiseau rare pour remplacer Marlène Voncken à la tête de l'entreprise et développer le potentiel commercial de la société. «Le conseil d'administration de Neuhaus a approuvé à l'unanimité la candidature du nouvel administrateur délégué. Mais ce dernier nous a demandé de ne pas encore dévoiler son identité, le temps de régler son départ avec son employeur actuel. C'est une question de jours», a précisé Guy Paquot, le président du conseil d'administration de Neuhaus, mardi, en marge de l'assemblée des actionnaires. Une chose est sûre: le nouveau CEO de Neuhaus sera «un homme qui a un profil commercial». Ce dernier a été choisi parmi une quarantaine de candidatures.

Marlène Voncken, qui a dirigé le fabricant de pralines pendant 12 ans, a quitté la société le 30 juin dernier. «Mme Voncken a réalisé le redressement administratif et financier de la société. Mais la société a besoin à présent d'un nouvel élan commercial», a expliqué pour sa part Vincent Doumier, administrateur de Neuhaus et administrateur délégué de la Compagnie du Bois Sauvage, qui détient 45,9pc du capital du pralinier. «Nous avons un excellent outil de production et une bonne productivité mais nous ne vendons pas assez», a complété Guy Paquot, comme pour justifier une nouvelle fois le changement de patron à la barre de Neuhaus. «La priorité du nouveau patron sera de renforcer le leadership de Neuhaus sur le marché de la praline de luxe en Belgique et au Luxembourg, en développant notamment le réseau de points de vente.» Le nouveau CEO sera aidé, dans cette tâche, par l'enquête qualitative que Neuhaus a décidé de réaliser cet automne auprès du consommateur. Les résultats de celles-ci fourniront des informations pour l'affinage de la stratégie de marketing de la société.

Bénéfice significatif attendu

Outre le départ de Marlène Voncken (qui a représenté un coût pour la société de près de 1 million d'euros), l'exercice 2002-2003 de Neuhaus a été marqué par un contexte international difficile (guerre en Irak et épidémie du SRAS) qui a freiné ses exportations, un printemps chaud qui a ralenti les ventes en Europe et par la fermeture de 3 points de vente aux Etats-Unis mais aussi par les bonnes performances de Jeff de Bruges, sa filiale française.

En bout de course, cela a donné un chiffre d'affaires consolidé de 62,3 millions (+3,2pc) et une perte nette de 765000 euros. Pour l'exercice en cours, Neuhaus table sur un «bénéfice significatif».

© La Libre Belgique 2003