Le géant informatique IBM dit merci à Linux

La présence médiatique d'IBM est peut-être moindre que par le passé mais cela n'empêche pas le géant informatique basé à Armonk, près de New York, d'accumuler les bons résultats depuis l'arrivée à sa tête de Sam Palmisano en mars 2002.

M.V.O.

La présence médiatique d'IBM est peut-être moindre que par le passé mais cela n'empêche pas le géant informatique basé à Armonk, près de New York, d'accumuler les bons résultats depuis l'arrivée à sa tête de Sam Palmisano en mars 2002.

Au premier trimestre 2004, IBM a enregistré une cinquième hausse consécutive de son bénéfice trimestriel.

Celui- ci s'est élevé pour les trois premiers mois de l'année à 1,6 milliard de dollars, contre 1,38 milliard, il y a un an. Sur la même période, son chiffre d'affaires a progressé de 11 pc pour s'élever à 22,2 milliards de dollars.

Si on regarde l'ensemble de l'année passée, le chiffre d'affaires du groupe a dépassé les 89 milliards de dollars, soit 10 pc de mieux qu'en 2002, et son bénéfice net a atteint 7,6 milliards, en progression de 112 pc!

Dopées par un euro fort, les activités européennes du géant informatique ont connu une croissance de 20 pc l'année dernière pour atteindre un chiffre d'affaires de 29,1 milliards de dollars.

Bart Van Den Meersche, le patron d'IBM pour la Belgique et le Luxembourg, a précisé cette semaine que sa filiale a fait mieux que contribuer à ses bons résultats. L'année passée, IBM BeLux a réalisé un chiffre d'affaires de 915,6 millions d'euros, en croissance de plus de 11 pc par rapport aux 822,5 millions de 2002.

Même au Palais!

En 2003, le nombre d'employés de la firme en Belgique et Luxembourg a, lui, légèrement diminué, à 3369 personnes. «Mais cette diminution n'est pas liée à une quelconque restructuration, précise Bart Van Den Meersche. D'une part, il y a eu des départs en prépension et d'autre part, nous avons lancé des programmes qui ont permis à quelques-uns de nos employés d'aller soit travailler chez un de nos partenaires, soit de prendre un congé sabbatique.»

Tant au niveau mondial que belge, les bons résultats d'IBM sont liés en grande partie à sa branche services, qui représente désormais plus de 50 pc des revenus du groupe et qui bénéficie à plein de l'intégration avec PricewaterhouseCoopers, la société de consultance rachetée en septembre 2002.

«La croissance de cette activité est notamment liée au fait que les entreprises font de plus en plus appel à nous en tant que sous-traitant, explique le patron d'IBM BeLux. Il y a des grands groupes dont nous gérons désormais tous les achats de matériel, par exemple, ou toute la gestion du personnel.»

Au niveau du «hardware», ce sont surtout les serveurs qui ont dopé les résultats d'IBM ces derniers mois.

En Belgique, la part de marché d'IBM sur ce marché est passée de 22,2 pc en 2001 à 31,7 pc en 2003, ce qui lui permet aujourd'hui de talonner HP, passé en deux ans de 41 à 35,8 pc.

Ce sont particulièrement les serveurs tournant sous Linux qui cartonnent, indiquant ainsi que le système d'exploitation libre serait bel et bien davantage qu'un phénomène de mode.

«Les serveurs Linux sont ceux qui connaissent la plus forte croissance pour le moment. J'ai lu quelque part que même le serveur du Palais royal tourne désormais sous Linux», s'exclame Bart Van Den Meersche.





LIENS PUBLICITAIRES

"Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.

© La Libre Belgique 2004