Le plus vieux d'Europe

En face du beffroi de Gand, au beau milieu du centre historique de la cité flamande, le petit hôtel Cour Saint-Georges se niche à un coin de rue. On ne le croirait pas comme ça mais il s'agirait selon ses responsables du plus ancien hôtel d'Europe, ses débuts remontant apparemment aussi loin que l'année 1228. Jouez en bourse avec le portefeuille virtuel Edito: Convaincre sans tarder

placeholder
© D.R.
PAR MATHIEU VAN OVERSTRAETEN

En face du beffroi de Gand, au beau milieu du centre historique de la cité flamande, le petit hôtel Cour Saint-Georges se niche à un coin de rue. On ne le croirait pas comme ça mais il s'agirait selon ses responsables du plus ancien hôtel d'Europe, ses débuts remontant apparemment aussi loin que l'année 1228.

Un argument bien utile lorsqu'il s'agit d'appâter des touristes généralement friands de culture et d'histoire... «Il y a bien sûr une petite part de marketing dans cette affirmation mais elle s'appuie pourtant sur des faits bien réels», sourit Patrick Counasse, le directeur de l'établissement. «La Cour Saint-Georges, si elle n'a pas toujours été un hôtel au sens actuel du terme, a en effet toujours été un endroit de logement. Notamment pour les commerçants qui s'y arrêtaient pour manger et pour se reposer, et qui y faisaient également reposer leurs chevaux».

Cela dit, Patrick Counasse est bien obligé d'admettre que cet argument du plus vieil hôtel d'Europe n'est plus aussi vrai depuis... octobre dernier. Depuis cette date, les trois chambres et la salle de réception que comptait encore le plus vieux des trois bâtiments qui composent l'hôtel ont été vidées car elles ne satisfaisaient plus aux normes «Best Western», marque internationale dont le Cour Saint-Georges utilise le label depuis novembre.

«Best Western exige notamment que la réception et la salle de déjeuner soient dans le même bâtiment, afin que les clients ne doivent pas traverser la rue pour devoir s'y rendre», explique le directeur.

Or, c'est bien dans ce magnifique bâtiment ancien, sur lequel il est d'ailleurs toujours inscrit «Hôtel Cour Saint-Georges», que s'est déroulé l'essentiel de l'histoire de l'établissement.

Celle-ci est avant tout liée à la prestigieuse guilde des arbalétriers de Saint-Georges, qui fit construire le bâtiment actuel après avoir acquis le lieu en 1453. C'est un peu plus tard, en 1477, que la Cour Saint-Georges connut sa principale heure de gloire lorsqu'une délégation envoyée par l'empereur Frédéric II d'Autriche vint y demander la main de Marie de Bourgogne pour son fils Maximilien.

Pour commémorer l'événement, un Lion de Flandre fut d'ailleurs apposé sur la splendide cheminée de la salle gothique. On peut toujours l'admirer aujourd'hui, le premier étage de la salle servant actuellement de billetterie pour des pièces de théâtre.

On dit également que d'autres personnages illustres, parmi lesquels Charles-Quint et Napoléon, auraient séjourné à cet endroit mais on ne sait pas vraiment s'il s'agit de légendes ou de la réalité.

Plus récemment, l'hôtel Cour Saint-Georges a accueilli des personnalités telles que Jacques Anquetil, le cardinal Danneels, Helmut Schmidt, Dirk Frimout, ou encore la reine Paola (lorsqu'elle était encore princesse). Preuve du rôle joué par cet endroit dans la vie des Gantois, c'est également là que s'est tenue dans les années 60 la fête de mariage d'Herman De Croo.

L'hôtel actuel se situe désormais intégralement d'un seul côté de la rue, dans deux maisons de fabrication plus récente. L'une d'elles date de 1752 et est connue à Gand sous le nom de «Huis Serlippens», du nom d'un célèbre architecte de la ville.

Depuis décembre 2000, l'hôtel Cour Saint-Georges appartient à la Société lilloise d'investissement hôtelier (SLIH). Propriétaire de douze hôtels dans le nord de la France et en Flandre, celle-ci a entièrement fait rénover les 31 chambres de l'hôtel en 2002 et en 2003. «Grâce à ces travaux, nous disposons désormais de tout le confort moderne d'un hôtel trois étoiles, mais avec le charme en plus», se réjouit Patrick Counasse.

Ayant construit son premier établissement en 1987 - l'hôtel de la Treille au coeur du vieux Lille -, la SLIH s'y connaît en rénovation de vieux hôtels. C'est elle qui a ainsi transformé l'ancien Hospice Gantois, fondé en 1460 à Lille, en un magnifique hôtel quatre étoiles connu aujourd'hui sous le nom d'Hermitage Gantois. C'est elle également qui est propriétaire du Relais Oud Huis Amsterdam à Bruges, constitué de quatre maisons de maître du XVIIe siècle reconverties en hôtel de luxe.

Selon Patrick Counasse, l'idée de transformer le bâtiment des arbalétriers de la guilde de Saint-Georges en un hôtel quatre étoiles pourrait elle aussi resurgir dans les années à venir. «Il y a un potentiel pour ce genre d'établissements à Gand, comme le démontre l'ouverture récente du River Hotel, aménagé en partie dans une maison du XVI e siècle» , explique-t-il.

En attendant, les trois étoiles du Cour Saint-Georges actuel ne l'empêchent pas d'attirer déjà son lot de touristes néerlandais, anglais et belges. «Depuis que nous sommes Best Western, nous accueillons également plus d'Américains» , affirme le directeur de l'hôtel.

Il en faudra sans doute plus pour que l'établissement remette au goût du jour le slogan qu'il avait choisi à la fin de la guerre pour attirer les clients américains: «Nous étions déjà un hôtel avant même que vous ne soyez découverts!»

Adresse: Botermarkt 2 à Gand. Téléphone: 09.224.24.24. Tarifs: entre 115 et 160 € la nuit. Webwww.courstgeorges.be

© La Libre Belgique 2004

Sur le même sujet