DHL attaqué en justice

Se disant "écoeurés par les discours politiques et les marchandages en cours", 70 familles de la périphérie de l'aéroport de Zaventem, "rejointes chaque jour par d'autres plaignants", ont fait part lundi de leur décision d'assigner DHL en Justice. Ce sont ces familles qui ont cité à comparaître au fond devant le tribunal de première instance de Bruxelles (chambre francophone), l'Etat Belge, BIAC et Belgocontrol, le 9 juillet dernier pour viser l'interdiction des vols de nuit quelle que soit la zone survolée.

Belga
DHL attaqué en justice
©AP

Se disant "écoeurés par les discours politiques et les marchandages en cours", 70 familles de la périphérie de l'aéroport de Zaventem, "rejointes chaque jour par d'autres plaignants", ont fait part lundi de leur décision d'assigner DHL en Justice.

Ce sont ces familles qui ont cité à comparaître au fond devant le tribunal de première instance de Bruxelles (chambre francophone), l'Etat Belge, BIAC et Belgocontrol, le 9 juillet dernier pour viser l'interdiction des vols de nuit quelle que soit la zone survolée. Par le biais d'une intervention forcée, ces mêmes familles ont décidé de mettre DHL à la cause.

"Si donc, il s'avérait que le gouvernement manque, une fois de plus, et dans un calcul à très court terme, à son devoir de protéger la collectivité contre les nuisances graves que la société de courrier express lui impose, c'est le pouvoir judiciaire qui sera appelé à défendre la santé et la sécurité des habitants de la grande périphérie de l'aéroport", ont-elles affirmé lundi, dans un communiqué.

D'autres plaignants peuvent encore se joindre à cette action fédératrice, "ouverte à toutes les victimes de l'aéroport quels que soient leur appartenance linguistique ou leur lieu de résidence", ont-ils encore fair savoir.

Le gouvernement flamand veut étendre les vols de nuit

Le gouvernement flamand entend s'inscrire, avec sa propre proposition, dans le scénario qui doit permettre à DHL d'établir son QG européen à Bruxelles-National mais à la condition d'avoir une dispersion équitable des vols de nuit, a indiqué lundi le ministre-président flamand Yves Leterme. Revenant sur les réserves formulées par le gouvernement bruxellois à l'encontre de cette proposition flamande, Yves Leterme a rétorqué que le texte flamand comportait un volet de dispersion équitable. Il n'est pas logique de ne voir quasi aucun vol de nuit au-dessus de Bruxelles, a encore dit le ministre-président flamand. Selon lui, les vols doivent suivre la direction de leur destination.

M. Leterme a également fait remarquer que le gouvernement flamand était le seul à avoir avancé une proposition. Il a invité le gouvernement bruxellois à en faire autant. Si les conditions de dispersion sont respectées, le gouvernement flamand est disposé à s'inscrire dans le premier scénario d'extension de l'entreprise, a encore dit Yves Leterme.

Il a ajouté qu'il espérait que la réunion de ce lundi soir puisse aboutir à un accord et s'est dit disposé à discuter de propositions avancées par d'autres gouvernements. Il a cependant précisé qu'il n'était pas évident d'accoucher d'une solution détaillée pour demain/mardi. A la question de savoir si le gouvernement flamand n'était pas tiraillé par certaines dissensions dans le dossier DHL, M. Leterme a répondu que des sensibilités différentes existaient, mais que la proposition qu'il avait déposée reflétait la position de l'ensemble de son gouvernement.