L'Internet se parfume

L'internet véhiculait déjà des images et du son, désormais il diffuse aussi des odeurs: après des années de recherche, un informaticien de 33 ans a lancé à Saint-Malo la première société de multimédia olfactif.

L'Internet se parfume
©AFP
AFP

L'internet véhiculait déjà des images et du son, désormais il diffuse aussi des odeurs: après des années de recherche, un informaticien de 33 ans a lancé à Saint-Malo la première société de multimédia olfactif.

Depuis son bureau situé sur la pépinière d'entreprises de la ville, Yvan Régeard, ingénieur de France Télécom actuellement détaché de l'entreprise pour monter ce projet, convie ses visiteurs à une ballade olfactive dans les vignobles de Bourgogne. Quelques clics de souris sur un ordinateur portable relié à deux diffuseurs de parfum, tels de petits hauts parleurs, et les images défilent, accompagnées d'odeurs de sous-bois, de vanille, ou de fruits.

"Le rêve, ce serait de devenir un jour le standard mondial pour les applications olfactives, devenir une petite brique dans le système Windows" de Microsoft, confie l'ingénieur. Yvan Régeard exploite des brevets mondiaux sur le pilotage informatique de diffuseurs d'odeurs, déposés par France Télécom, où il a dirigé pendant quatre ans le projet de recherche sur le multimédia olfactif.

L'innovation intéresse particulièrement les entreprises de l'agro-alimentaire et de la parfumerie-cosmétique, explique-t-il. A court terme, intégrer des odeurs dans des DVD et des sites internet peut servir à communiquer sur des salons professionnels, à former des étudiants ou des vendeurs, ou bien à faire des démonstrations de produits chez des clients.

A plus long terme, les odeurs pourraient s'insérer dans des jeux vidéo, des programmes de télévision et des sites de commerce électronique. Mais elles intéressent déjà les spécialistes du marketing.

L'effet Madeleine de Proust

"Plus que les images ou les sons, les odeurs permettent d'éveiller des souvenirs éloignés et de toucher les émotions. C'est l'effet Madeleine de Proust", explique l'ingénieur.

Certes, l'internet parfumé en est encore à l'âge de pierre, reconnaît l'ingénieur. Son procédé consiste à restituer des odeurs, qu'il faut créer au préalable. Des ordres informatiques de diffusion définissent le choix de l'odeur, sa durée et son intensité. Ils déclenchent de petits ventilateurs en face de cartouches contenant un gel parfumé. Pour l'instant, les diffuseurs comportent au maximum douze odeurs, ce qui limite les usages, même si l'on peut en brancher plusieurs en série. Chaque appareil coûte environ 400 euros. M. Régeard espère que les prix baisseront à 150 euros d'ici deux ans pour développer enfin le marché grand public.