Ventes de voitures neuves en recul

Le marché automobile n'est pas au mieux de sa forme dans notre pays en ce début d'année. Les immatriculations de voitures neuves sont en recul de 14,9pc en mars par rapport au même mois de l'an passé. Pour le premier trimestre de 2005, elles régressent de 6,1pc par rapport à la même période de 2004

Ventes de voitures neuves en recul
©AP
P.Lo (avec AFP)

Le marché automobile n'est pas au mieux de sa forme dans notre pays en ce début d'année. Les immatriculations de voitures neuves sont en recul de 14,9pc en mars par rapport au même mois de l'an passé. Pour le premier trimestre de 2005, elles régressent de 6,1pc par rapport à la même période de 2004.

Les véhicules utilitaires légers enregistrent, pour leur part, de meilleurs chiffres: +5,7pc au cours du mois de mars et une progression des ventes de 10,2pc au premier trimestre. Pour les véhicules utilitaires lourds (de 3,5 à 16 tonnes) et pour le segment au-dessus de 16 tonnes, on note un léger ralentissement au cours du mois écoulé.

Le marché des motos recule aussi sensiblement: 289 unités (-9pc) ont été immatriculées, ce qui correspond à un recul de 4,7pc pour les trois premiers mois 2005 en comparaison avec 2004.

Pas très significatif

« Effectivement, depuis la mi-février, bon nombre de marques constatent une baisse du trafic dans leurs showrooms», dit-on à la Febiac (Fédération belge de l'industrie de l'automobile et du cycle). « Il est à espérer que les journées «portes ouvertes» qui se sont déroulées les week-ends derniers permettront au marché de reprendre sa vitesse de croisière », ajoute-t-on de même source. Et de nuancer: avec 51869 immatriculations, mars 2005 se situe cependant au-dessus de la moyenne des dix dernières années qui a été de 51033 unités. Qui plus est, mars 2004 a été le deuxième mois le plus élevé jamais enregistré... « Ce recul de 9700 voitures sur une période de trois mois ne semble pas suffisamment significatif pour tirer des conclusions sur l'ensemble de l'année 2005, d'autant plus qu'une année sans Salon de l'auto connaît en général un démarrage plus lent », conclut la Febiac. Cette tendance est conforme à celle de l'Italie où le nombre de voitures neuves immatriculées a reculé de 8,6pc en mars (moins 13pc pour Fiat et moins 11,40pc pour Alfa Romeo). De même, les ventes de voitures neuves en Espagne, cinquième marché automobile en Europe, ont reculé de 3,6pc en mars.

En revanche, en France, les ventes de voitures particulières neuves ont augmenté de 2,5pc en données brutes en mars par rapport au même mois de 2004. « En dépit d'un contexte assez morose et d'une consommation peu dynamique, le marché français de la voiture particulière demeure convenable et se comporte globalement mieux que ses concurrents », souligne le secteur.

Pour mémoire, un peu plus d'un million de nouvelles voitures (1050725 exactement) ont été immatriculées en février en Europe, soit une diminution de 4,1pc par rapport au mois de février 2004, selon les chiffres de l'association des constructeurs européens d'automobiles. La baisse est particulièrement marquée au Royaume-Uni (-15,7pc), aux Pays-Bas (-12,5pc), en Belgique (-9,1pc) et en Italie (-5,5 pc).

© La Libre Belgique 2005