Le Crédit agricole prend le contrôle de Keytrade Bank

Et de trois en une semaine. Après Solvus et Docpharma, c'est au tour de la banque en ligne Keytrade de faire l'objet d'une offre publique d'achat (OPA). Le Crédit agricole (Belgique) a annoncé, hier, la signature d'un accord avec les actionnaires de contrôle de Keytrade en vue d'acquérir une participation de 40,9pc à un prix de 31,22 euros par action.

Ariane van Caloen

Et de trois en une semaine. Après Solvus et Docpharma, c'est au tour de la banque en ligne Keytrade de faire l'objet d'une offre publique d'achat (OPA).

Le Crédit agricole (Belgique) a annoncé, hier, la signature d'un accord avec les actionnaires de contrôle de Keytrade en vue d'acquérir une participation de 40,9pc à un prix de 31,22 euros par action. Ce qui valorise le courtier en ligne à 109,8 millions d'euros (19 fois les bénéfices 2004).

Le Crédit agricole a une option pour acquérir le solde des actions détenues par eux (36,9pc) aux mêmes conditions. D'ici quelques semaines, il lancera une OPA pour les actions cotées sur Euronext Bruxelles (22,2pc). Le prix offert représente une prime de 5,8pc par rapport au dernier cours de Bourse et de 24,4pc par rapport au cours moyen des 3 mois précédant le 15 mai dernier.

Keytrade Bank est détenu à 27pc par les deux frères Zurtrassen (Jean-Guillaume et José) et Grégoire de Streel, à 28pc par Van Moer Santerre SA et à 22,5pc par Josi.

Plan de croissance

Le Crédit agricole est, lui, détenu à 50pc par plusieurs caisses coopératives belges, et à 50pc par le Crédit agricole France (essentiellement les caisses régionales du nord de la France). Cela fait déjà plusieurs années qu'il a entamé une politique de diversification (l'agriculture ne représente plus que 25pc de ses activités).

En 2004, il a réalisé un bénéfice net de 26,1 millions d'euros. Il affiche un total bilantaire de 6 milliards d'euros et des fonds propres de 336 millions d'euros et occupe 770 personnes. En 2003, il a établi un plan de croissance interne et externe qui s'est concrétisé par le rachat d'Europabank en 2004.

Modèle du futur

Il s'est intéressé à Keytrade pour son «apport technolgique». Il voit dans la société créée par les frères Zurstrassen et Grégoire de Streel «un des modèles bancaires du futur», explique Patrick Boulin, le secrétaire général. Il compte donc bien «laisser intact l'aspect low cost» de Keytrade. L'idée est de voir comment utiliser la plate-forme Keytrade pour les clients du Crédit agricole et plus généralement de développer les activités de la banque en ligne.

Les trois fondateurs continueront à assumer leurs fonctions au sein du comité de direction et du conseil d'administration jusqu'à la fin 2006 au moins.

© La Libre Belgique 2005