Bruxelles sauve sa 4e place en Europe, mais...

Pour la seizième année consécutive, Bruxelles figure à la quatrième place au niveau des préférences des entreprises en matière d'implantation en Europe, derrière Londres, Paris et Francfort. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle «European cities monitor» effectuée par Cushman & Wakefield Healey & Baker.

P.Lo.

Pour la seizième année consécutive, Bruxelles figure à la quatrième place au niveau des préférences des entreprises en matière d'implantation en Europe, derrière Londres, Paris et Francfort. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle «European cities monitor» effectuée par Cushman & Wakefield Healey & Baker. Celle-ci a été menée par Sofres sous forme d'interviews des dirigeants en charge de l'implantation dans 501 sociétés industrielles, financières et de services classées parmi les 15000 plus grandes en Europe. A noter que Bruxelles fait partie des douze villes dont l'effort d'amélioration a été jugé « le plus important» (derrière Barcelone, Prague, Madrid, Budapest, Varsovie, Londres, Berlin et Paris).

L'enquête révèle que les critères objectifs principaux du choix d'implantation demeurent l'accès aux marchés et à un personnel qualifié, la communication, les facilités de transport urbains et interurbains, et naturellement les coûts (rémunérations, location, etc.), hiérarchisés de manière variable en fonction du type d'activité (industrie, services). D'autres critères, plus intuitifs, peuvent également intervenir (réputation générale, image médiatique, sites Internet).

De Barcelone à Madrid

Les dirigeants interrogés situent l'essentiel des améliorations possibles dans les transports (connexions interurbaines et internationales, circulation, transports publics), les taxes (régionales, communales), et, enfin, dans la réduction de l'appareil bureaucratique.

Fait marquant: Barcelone supplante Amsterdam à la cinquième place, tandis que Madrid se rapproche des sept villes de tête. Plus bas dans le classement, relevons les progressions de Berlin, Prague, Lisbonne et Düsseldorf. Pas de surprise du côté des délocalisations et de la sous-traitance où la Chine apparaît comme la destination extra-européenne de choix (Shangaï, Pékin), tandis que les pays de l'Est sont considérés les plus attirants en Europe.

En matière d'implantations existantes, Bruxelles est la sixième ville d'Europe. Si les sociétés poursuivent leurs plans d'expansion pendant les cinq années à venir, Bruxelles se verra dépassée par Varsovie et Prague, et pourrait être ainsi reléguée à la 8e place du classement européen, selon l'enquête.

Notre capitale conserve une attractivité égale pour ce qui touche l'accès aux marchés, les transports interurbains et internationaux, la qualité des télécommunications, le rapport qualité/prix afférent à la location de surfaces de bureaux et la qualité de vie des employés. Mais Bruxelles recule quant à la disponibilité des surfaces de bureaux et surtout aux questions relatives à la pollution.

© La Libre Belgique 2005