Les consommateurs de bio d'accord pour payer plus cher

Le consommateur typique de produits «bio » est une femme âgée entre 40 et 45 ans qui a des enfants. Les produits biologiques sont avant tout achetés parce qu'ils sont plus sains.

Les consommateurs de bio d'accord pour payer plus cher
© FREDERIC SABLON
BELGA

Le consommateur typique de produits «bio » est une femme âgée entre 40 et 45 ans qui a des enfants. Les produits biologiques sont avant tout achetés parce qu'ils sont plus sains. Le consommateur de ces produits est dès lors prêt à payer un surcoût de 20 à 30 pc, selon une enquête d'une étudiante qui a reçu une distinction de la ministre flamande Inge Vervotte en charge de la santé.

La ministre a remis le prix de l'Alpro Foundation Award (1.250 euros) à Marileen Van Alphen, qui a terminé ses études en juin dernier à l'école supérieure Plantijn d'Anvers.

La fondation, créée en 1996, a pour objectif d'améliorer la connaissance sur la nutrition et la santé. Elle organise des congrès et séminaires pour diététistes et médecins et leur fournit des lettres d'information. Chaque année, elle offre un prix à un étudiant qui s'est distingué lors de ses études dans ce domaine.

L'étudiante a interrogé 66 consommateurs de produits «bio ». La principale conclusion de ses travaux est que ces consommateurs achètent avant tout «bio » pour leur santé. La plupart du temps, ce sont des fruits et légumes qui sont achetés mais aussi des produits de base comme le pain les pommes de terre ou des produits à base de céréales.

L'Alpro Foundation a également octroyé un prix à l'étudiant francophone Fabrice Gaudy, de l'Institut Paul Lambin de Bruxelles. Il a étudié l'impact de la nourriture japonaise sur la santé.