Optimisme modéré des employeurs en Belgique

Malgré une conjoncture difficile, les employeurs belges font preuve d'un optimisme modéré pour le premier trimestre 2006, selon la 11e édition du baromètre Manpower consacré aux perspectives d'emploi dans 23 pays.

BELGA

Malgré une conjoncture difficile, les employeurs belges font preuve d'un optimisme modéré pour le premier trimestre 2006, selon la 11e édition du baromètre Manpower consacré aux perspectives d'emploi dans 23 pays.

Ainsi, 11 pc des 804 employeurs interrogés en Belgique dans le cadre de cette étude anticipent la création de nouveaux emplois au cours des 3 premiers mois de l'année prochaine, tandis que seuls 3 pc prévoient des réductions de personnel. L'emploi devrait rester stable dans 84 pc des entreprises sondées.

"Nous constatons, en Belgique, une stabilité positive fortement influencée par les bonnes performances de Bruxelles", où la prévision nette d'emploi - en d'autres termes le différentiel entre le nombre d'employeurs anticipant une hausse de leurs effectifs et ceux prévoyant de réduire la voilure - atteint +18 pc, a expliqué Philippe Lacroix, le directeur général de Manpower Belgique.

"Il s'agit du score le plus haut depuis le début de notre étude", a-t-il précisé.

La prévision nette d'emploi est également en légère progression en Wallonie où elle atteint +5 pc tandis qu'en Flandre elle recule, pour le deuxième trimestre consécutif, à +8 pc.

Quant aux perspectives nettes d'embauche pour l'ensemble du pays, elles s'affichent elles aussi à +8 pc, "en stagnation pour le 4ème trimestre consécutif et en légère progression de 3 points par rapport à la même période de 2005", a encore indiqué le responsable de Manpower.

Par ailleurs, les employeurs de 7 secteurs sur 10 misent sur une activité de recrutement positive au cours des 3 premiers mois de 2006. C'est le cas, notamment, de secteurs clés tels que les services publics, l'éducation, la santé et les services collectifs (+14 pc); la construction (+14 pc); les activités financières, l'assurance, l'immobilier et les services aux entreprises (+10 pc) ou encore l'industrie manufacturière (+8 pc). Le secteur de l'eau, du gaz et de l'électricité affiche pour sa part des perspectives de +18 pc.

A l'autre bout de l'échelle, les secteurs du commerce de gros et de détail (-4 pc) ainsi que le transport, la communication et la logistique (-4 pc) enregistrent des prévisions nettes d'emploi négatives, la palme des prévisions les plus faibles revenant à l'agriculture et à la pêche (-19 pc).

Enfin, au niveau international, l'étude de Manpower révèle des perspectives positives dans 19 des 23 pays examinés, les prévisions les plus fortes étant observées en Inde (+27 pc), en Nouvelle-Zélande (+24 pc), à Taiwan (+22 pc), aux Etats-Unis et en Australie (+20 pc).

L'Europe, elle, fait plutôt grise mine, avec des perspectives négatives en Allemagne (-4 pc), en Autriche (-3 pc) et en Italie (-2 pc) alors que la Suède et la France enregistrent leurs plus mauvais résultats depuis 2003.

Quant aux prévisions les plus optimistes, elles sont recensées au Royaume-Uni (+13 pc), en Irlande (+11 pc) et en Norvège (+11 pc), juste devant la Belgique et l'Espagne, où les perspectives nettes d'emploi atteignent +8 pc.

L'étude trimestrielle de Manpower - du nom du pionnier du travail intérimaire - est basée sur un échantillon de 45.000 entreprises privées et publiques dans 23 pays, dont 804 en Belgique.