Lactalis rachète Galbani

Le français Lactalis renforce son leadership dans le secteur fromager européen en croquant l’italien Galbani --numéro un du fromage dans la Péninsule-- un mois après avoir conclu une alliance avec le suisse Nestlé dans le secteur des produits frais.

placeholder
© Sablon
AFP

Le français Lactalis renforce son leadership dans le secteur fromager européen en croquant l’italien Galbani --numéro un du fromage dans la Péninsule-- un mois après avoir conclu une alliance avec le suisse Nestlé dans le secteur des produits frais.

Le montant de cette transaction n’a pas été dévoilé par Lactalis (camembert de Normandie, Brie de Meaux, lait Lactel, beurre Bridel) et est soumise au préalable à l’accord des autorités de la concurrence.

Le revendeur, le fonds BC Partners, indique sur son site internet qu’il valorise Galbani à 1,1 milliard d’euros.

Deuxième groupe agroalimentaire français, Lactalis a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 6 milliards d’euros en 2005 et va pouvoir ajouter celui de Galbani: l’italien réalise 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires, dont 23% à l’exportation, essentiellement en fromages de type italien mais aussi dans la charcuterie (15% de son activité totale).

En plus de son usine de salaisons, Galbani transforme près de 800 millions de litres de lait dans trois fromageries situées dans le nord de l’Italie et emploie 3.000 personnes.

Sa gamme comporte principalement de la mozzarella, du mascarpone, de la ricotta, vendues sous les marques Santa Lucia et Galbani, mais aussi des fromages doux Bel Paese et d’autres spécialités traditionnelles italiennes.

Le fonds d’investissement européen BC Partners, l’un des plus importants en Europe, possède notamment en France le groupe de surgelés Picard.

Traitant chaque jour près de 19 millions de litres de lait, Lactalis collecte auprès de 25.OOO produteurs dans le monde, 6,5 milliards de litres (6,3 de vache, 170 millions de lait de brebis et 70 millions de lait de chèvre.

Le rachat de Galbani est la deuxième opération d’envergure pour Lactalis en un mois.

Le 15 décembre 2005, le français avait annoncé le projet de créer une filiale commune avec le suisse Nestlé dans le domaine des produits laitiers frais en Europe, société détenue à 60% par Lactalis et à 40% par Nestlé.

La société créée reprendra les actifs industriels des deux groupes dans le domaine des produits laitiers frais, et la nouvelle alliance couvrira une gamme complète comprenant les yaourts, les desserts, les fromages frais commercialisés sous la marque ombrelle Nestlé, mais aussi les marques B’A, Bridélice, La Laitière, Sveltesse, Yoco, Fruttolo, Munch Bunch, Ski.

Avec ses camemberts de Normandie, ses Brie de Meaux ou son Roquefort, il a réalisé dans les fromages près de la moitié de son chiffre d’affaires, qui au total a dépassé les 6 milliards d’euros en 2005, en hausse de plus de 7% par rapport aux 5,6 milliards d’euros de 2004.

Mais il est aussi présent dans le lait (Lactel), le beurre (Bridel), la crème, les produits industriels et la viande, ainsi que dans quelques produits laitiers frais comme les yaourts B’A. L’alliance conclue avec Nestlé ne porte que sur les produits laitiers frais (yaourts, desserts et fromages frais).

Surtout connu pour ses marques de fromages Président, sous laquelle il réalise un chiffre d’affaires de 1 milliard d’euros, et Société, le groupe a connu une internationalisation à marche forcée au cours des dernières années.

En 2004, il avait réalisé pas moins de six opérations de croissance externe à l’étranger, concernant 8 pays (Ukraine, Moldavie, Kazakhstan, Espagne, Italie, Royaume-Uni, Etats-Unis, Pologne). Au point d’effectuer maintenant, avec 2,3 mds EUR, un peu plus de 40% de son chiffre d’affaires à l’étranger. Il est cité comme repreneur possible dès qu’un groupe laitier européen est à vendre, comme dans le cas du groupe italien de lait et produits frais Parmalat.

Traitant chaque jour près de 19 millions de litres de lait, Lactalis collecte auprès de 25.OOO producteurs dans le monde 6,5 milliards de litres (6,3 de vache, 170 millions de lait de brebis et 70 millions de lait de chèvre).

Avec 20.500 employés, dont 7.500 hors de France, Lactalis est même devenu le premier exportateur laitier français et le 65eme exportateur français, tous secteurs confondus.

Malgré sa notorieté commerciale, Lactalis, toujours propriété de la famille Besnier, reste un groupe extrêmement discret qui ne publie pas le montant de ses bénéfices et dont les dirigeants fuient les médias.


Galbani, leader des fromages en Italie Le groupe italien Galbani, qui va être racheté par le français Lactalis après avoir plusieurs fois changé de mains ces dernières année, est le leader des fromages en Italie et aussi un acteur majeur de la charcuterie. Basé à Milan, le groupe réalise un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros, essentiellement en fromages frais italiens, mais aussi dans la charcuterie qui représente 15% de son activité totale. Sa gamme comporte principalement de la mozzarella, du mascarpone et de la ricotta, vendues sous les marques à forte notoriété Santa Lucia et Galbani, mais aussi des fromages doux Bel Paese et d’autres spécialités traditionnelles italiennes, comme la charcuterie vendue sous la marque Casa Romagnoli en Italie. Galbani, qui possède une usine de salaisons, transforme également près de 800 millions de litres de lait dans trois fromageries situées dans le nord de l’Italie. Le groupe emploie 3.000 personnes, et réalise 23% de son chiffre d’affaires à l’exportation. Il possède sept filiales en Europe (en Suisse, Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne, France, Espagne, Pologne) et une au Japon et un réseau de distribution dans trente pays, selon le site internet du groupe. Galbani avait été acquis par le groupe agroalimentaire français BSN (rebaptisé Danone en 1994) entre 1989 et 1996 au prix fort de 10,5 milliards de francs (1,6 milliards d’euros). Danone avait ensuite revendu Galbani en 2002 nettement moins cher au fonds d’investissement européen BC Partners, pour 1,015 milliard d’euros, dans le cadre de sa politique de recentrage sur ses métiers principaux. Danone avait d’ailleurs anticipé cette moins-value en provisionnant 475 millions dans ses comptes 2001. Actuellement BC Partners valorise Galbani dans son portefeuille d’investissements à 1,1 milliard d’euros.