Renault sous pression

Le titre Renault est resté sous pression lundi en Bourse de Paris, toujours soumis aux doutes des analystes sur l'intérêt d'une éventuelle alliance de Renault-Nissan avec General Motors, qui s'est dit d'accord vendredi pour ouvrir des négociations en vue d'une telle opération.

(AFP)

Le titre Renault est resté sous pression lundi en Bourse de Paris, toujours soumis aux doutes des analystes sur l'intérêt d'une éventuelle alliance de Renault-Nissan avec General Motors, qui s'est dit d'accord vendredi pour ouvrir des négociations en vue d'une telle opération. General Motors a donné son accord vendredi à l'ouverture de négociations exploratoires avec Renault-Nissan en vue d'une alliance éventuelle. En réponse, le groupe franco-japonais a estimé que les conditions étaient désormais réunies pour démarrer ces discussions.

Tracinda, la société d'investissement du milliardaire Kirk Kerkorian, actionnaire de GM, s'est déclarée satisfaite de l'ouverture des négociations, tout en appelant à la création d'un comité pour étudier les modalités du rapprochement.

L'annonce de GM «accroît la probabilité d'un accord entre Renault-Nissan et GM», estimaient les analystes de Merrill Lynch dans une note publiée lundi. Mais une telle opération «serait un problème pour Renault si la participation de GM dans l'alliance devait détourner l'attention de la direction du plan» de restructuration 2009, expliquaient-ils. Pour les analystes de Société Générale cependant, «la direction de Renault, connue pour sa compétence, prendrait un faible niveau de risque pour faciliter un redressement de GM (...) et obtenir des synergies». Une telle opération «ne devrait pas mettre en péril les bénéfices issus de l'alliance actuelle avec Nissan, dont tous les objectifs ont été atteints», soulignaient-ils dans une note à leurs clients, évoquant «un bon investissement». En Bourse, le titre a reculé de 0,36 pc à 84,15 euros.

© La Libre Belgique 2006