Une femme à la tête de Pepsico

Le PDG du groupe américain Pepsico, Steve Reinemund, va quitter l'ensemble de ses fonctions en mai 2007 pour prendre sa retraite, a annoncé le groupe lundi. Il sera remplacé dès le 1er octobre par l'actuelle directrice financière, Indra Nooyi.

(AFP, Reuters)

Le PDG du groupe américain Pepsico, Steve Reinemund, va quitter l'ensemble de ses fonctions en mai 2007 pour prendre sa retraite, a annoncé le groupe lundi. Il sera remplacé dès le 1 éme r octobre par l'actuelle directrice financière, Indra Nooyi.

Mme Nooyi, 50 ans, a rejoint le numéro deux mondial des boissons - derrière Coca-Cola - en 1994 et était directrice financière du groupe depuis près de cinq ans. D'origine indienne (elle est née à Madras), elle a fait ses études en Inde mais est également passée par la prestigieuse université de Yale aux Etats-Unis. Elle a fait ses armes chez Motorola entre autres.

Reinemund, âgé de 58 ans aidera à la transition pendant quelques mois puis quittera Pepsi au mois de mai pour passer plus de temps avec sa famille. Sous sa direction, PepsiCo a réalisé de nombreuses acquisitions dont la plus importante, le rachat de Quaker Oats pour 13 milliards de dollars. En plus de sa diversification dans les céréales avec Quaker Oats, Pepsi a aussi été un des premiers à prendre le virage de la santé en limitant les matières grasses dans ses produits et en investissant dans les jus de fruits avec Tropicana et l'eau avec Aquafina.

La nomination de Mme Nooyi intervient à un moment où Pepsico et son concurrent Coca-Cola font face à de nouvelles difficultés en Inde. Six Etats indiens ont décidé la semaine dernière de boycotter les boissons gazeuses Coca-Cola et Pepsi car soupçonnées de contenir trop de pesticides. Ces deux groupes sont régulièrement la cible de campagnes d'opinion virulentes dans ce pays.

Pour les analystes de Morgan Stanley, le départ de M. Reinemund et la nomination de Mme Nooyi est «une surprise». Toutefois, «la large base d'activité de Pepsico nous rend confiants dans le fait que la dynamique que connaît le groupe va se poursuivre», écrivent-ils.

© La Libre Belgique 2006


Les rares femmes PDG Les Etats-Unis ne comptent en 2006 que 10 femmes PDG dans la liste des 500 entreprises les plus riches. Une étude du groupe de recherches sur les femmes et le monde du travail, Catalyst, a calculé qu'il faudrait 40 ans pour que les femmes atteignent la parité avec les hommes dans les positions de dirigeants d'entreprises aux Etats-Unis. L'arrivée de Mme Nooyi a propulsé le pourcentage de PDG féminines parmi les 500 grandes sociétés à... 2,2 pc, alors que les femmes représentent plus de 46 pc de la population active américaine. Quelques-unes des autres PDG jouissent déjà d'une certaine notoriété comme Meg Whitman, la patronne d'eBay, ou Anne Mulcahy, celle de Xerox. Mais même sans PDG vedettes, l'étude de Catalyst a démontré que les entreprises ayant confié un grand nombre de postes à responsabilité à des femmes présentaient en moyenne une rentabilité financière plus élevée.

Sur le même sujet