Inside

Les pics de Bruno Tuybens...

Le secrétaire d'Etat aux entreprises publiques, Bruno Tuybens (SP.A), avait fait parler de lui quand il avait révélé les salaires des patrons des entreprises publiques. Au point d'ailleurs de fâcher certains d'entre eux. Dans une interview parue dans les journaux du groupe VUM, il a tenu des propos qui, de nouveau, n'ont sans doute pas fait plaisir à un certain establishment belge. Son idée est de créer un vivier d'administrateurs indépendants dans lequel il y aurait moyen de puiser en particulier pour les entreprises publiques. Il voudrait avoir une liste de 2000 noms au lieu des 200 habituels que l'on retrouve actuellement. «Cela va rehausser la qualité des débats dans les conseils d'administration. Si les gens se retrouvent dans les mêmes conseils, ce petit cercle finit par tourner en rond», a-t-il souligné. Et d'expliquer un peu plus loin que «tous les Davignon et Lippens de ce monde ne savent peut-être pas toujours le matin à quel conseil ils doivent aller». A bon entendeur, salut!

...et sa dernière idée

Mais Bruno Tuybens ne se contente pas d'envoyer des pics, il veut aussi mettre ses idées en pratique. Un projet d'arrêté royal récemment approuvé au conseil des ministres prévoit la naissance d'un holding public né de la fusion entre la SNI et la SFP, qui regroupera diverses participations de l'Etat (La Poste, Loterie nationale,...). Son conseil d'administration de douze personnes comprendra 2 administrateurs sur les 12 totalement indépendants du monde politique. Une campagne sera lancée dans les médias pour l'appel aux candidatures. Un jury d'experts parmi lesquels Eddy Wymeersch, le président de la CBFA, sera appelé à les sélectionner. Et Bruno Tuybens ne veut pas s'arrêter là. Il veut lancer une procédure similaire pour les administrateurs nommés par l'Etat du conseil de Belgacom, lequel doit être renouvelé à la fin de cette année. En voilà un qui secoue le cocotier...

Beau petit pactole pour Stefan Descheemaeker

Cela fait déjà quelque temps que les opérations sur titres faites par les «initiés» doivent être communiquées à la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA), laquelle les publie sur son site Internet. De quoi d'ailleurs faire grincer des dents à tous ceux qui y voient une intrusion à leur vie privée. On y découvre des transactions pour quelques milliers d'euros mais aussi quelques fois pour quelques... millions d'euros. C'est ainsi qu'on apprend que Stefan Descheemaeker, membre du comité de direction d'InBev, a vendu 80 000 InBev à 40,75 € le 16 août, ce qui fait en tout 3,2 millions d'euros. Or, le prix d'achat de ces actions (dans le cadre d'un programme de stock options) était fixé à 21 €. En clair, Stefan Descheemaeker aura fait une plus-value de 1,58 million d'euros (hors taxes). Il fait bon être haut dirigeant chez InBev...

© La Libre Belgique 2006