Seulement de l'effervescent

«Je suis rentré dans le vin comme mon père», entame Raymond Leroy, 49 ans, dont la famille tient depuis plusieurs générations une maison de négoce de vin à Binche. Diplômé d'oenologie de l'école de Montpellier, il revient au pays et se dit qu'«il manque quelque chose»... Il veut se lancer dans la production de vin, va trouver un fermier qui le prend pour un illuminé. En 2002, il rencontre le fils du fermier en question. En 15 jours, l'affaire est conclue, la société créée et Raymond Leroy se retrouvent locataires de 6 ha à Haulchin dans la commune d'Estinnes, aux confins de la carrière d'Harmignies. Il plante 2 ha cette année-là, 2 ha l'année suivante et 2 ha encore en 2004. Chardonnay, pinot noir et pinot meunier, les trois cépages champenois... Car Raymond Leroy fait exclusivement -il est le seul en Belgique à ne faire que ça- un vin mousseux «méthode traditionnelle» (refermentation en bouteille): la cuvée Seigneur Ruffus (du nom du premier seigneur des Estinnes et de Bray) du vignoble des Agaises. Il a commercialisé un millier de bouteilles en 2003. Cette année, il a mis 30 000 bouteilles sur le marché. «Dès qu'on dégorge, tout part dans les 2 jours», assure-t-il. Il reste 8 000 bouteilles à dégorger et 17 000 en commande... On retrouve ses produits essentiellement chez les cavistes (à une douzaine d'euros la bouteille) et dans certains restaurants (dont le Comme chez soi...). Les recettes de son succès? Un terroir: «J'ai de la craie comme en Champagne»; les cépages champenois et l'expertise d'un Champenois qui s'occupe de la vinification, Thierry Gobillard, de chez Gobillard et Fils à Hautvillers (un des actionnaires de la S.A.). En 2005, il a racheté 4 ha à proximité et y plantera 40 000 pieds en 2007. Avec, à la clé, un total de 100 000 bouteilles. En attendant, l'an prochain, il proposera aussi un petit millier de bouteilles de 2005 en rosé.

© La Libre Belgique 2006