L'ancien site d'IBM converti en un espace public

Ouvert! Les responsables du nouveau "Dolce La Hulpe Brussels" le répètent à l'envi : l'hôtel-centre de conférences qui accueillera ses premiers clients à partir du 1er février prochain sur le célébrissime site d'IBM à La Hulpe, sera ouvert. A tous les niveaux.

A.Ma.

Ouvert! Les responsables du nouveau "Dolce La Hulpe Brussels" le répètent à l'envi : l'hôtel-centre de conférences qui accueillera ses premiers clients à partir du 1er février prochain sur le célébrissime site d'IBM à La Hulpe, sera ouvert. A tous les niveaux.

Ouvert d'abord aux clients "affaires" avec 5 000 des 50 000 m2 de l'ensemble entièrement voués à la conférence (dont 40 salles de réunion et un auditoire pouvant accueillir 484 personnes). Et des possibilités de conférence à la journée ou en résidentiel avec, à la clé, une infrastructure dernier cri en matière de téléphonie, accès à haut débit et sans fil à Internet.

Le complexe sera aussi ouvert aux particuliers. Autant depuis 1973 et l'installation d'IBM, il fallait montrer patte blanche avant de franchir les barrières de l'entrée, autant l'américain Dolce International veut ouvrir ses portes au public. "C'est un hôtel", insiste Philippe Visette, directeur des ventes et du marketing. "Vous pouvez y entrer et simplement boire un verre au bar". Les 264 chambres - la chambre standard est affichée à 250 € la nuit - sont accessibles au public, tout comme le restaurant et l'espace bien-être et fitness (qui sera géré indépendamment). "Nous voulons casser le concept très sécurisé d'IBM", déclare Philippe Visette. "D'un domaine très privé, faire un espace public".

Ouvert, le "Dolce La Hulpe" l'est en outre de par sa situation au coeur de 72 ha de bois contigus à la Forêt de Soignes d'un côté, au parc du château de La Hulpe de l'autre. Ouvert enfin par son aménagement : les bâtiments peu élevés, à l'architecture sobre, arborent de vastes panneaux vitrés. Jusqu'à la douche ou la baignoire des chambres avec vue sur arbres...

Sur les 14 bâtiments que compte l'ensemble, 12 sont affectés à Dolce, les 2 derniers sont voués à la location, l'un par Swift, l'autre n'a pas encore trouvé preneur. Leur rénovation respecte le ton des années 70, époque de leur construction. La tendance est au design, au blanc et au dépouillé. Zen et feng shui.

Pour l'heure, les travaux suivent leur cours, le recrutement aussi. De 130 à 170 personnes travailleront sur le site, auxquels s'ajouteront des "temps partiel" en fonction de l'occupation de ce complexe racheté en 2005 par Banimmo (coût total du projet : environ 40 millions). C'est sûr, Dolce entend bien réussir son premier pas en Belgique et se différencier de ses "concurrents" : avec notamment de grands hôtels bruxellois ou le Château du lac à Genval.

© La Libre Belgique 2006