Microsoft lance une action pénale mondiale

Microsoft vient d'engager des poursuites au civil et au pénal d'une ampleur inédite dans plusieurs pays contre des vendeurs sur Internet de logiciels contrefaits.

Microsoft vient d'engager des poursuites au civil et au pénal d'une ampleur inédite dans plusieurs pays contre des vendeurs sur Internet de logiciels contrefaits. Au total, 55 actions en justice ont été déclenchées, dont 15 aux Etats-Unis, 10 en Allemagne, 10 aux Pays-Bas, 5 en France et 5 au Royaume-Uni. Les autres pays concernés sont l'Argentine, l'Australie, la Belgique, la Corée du Sud, le Mexique et la Pologne, a indiqué le groupe dans un communiqué. L'action intervient alors que Microsoft, qui équipe près de 90 pc des ordinateurs dans le monde, se prépare à lancer, début 2007, la dernière version de son système d'exploitation Windows Vista, d'autant plus attendue que le groupe a reporté son lancement plusieurs fois.

La plupart des plaintes concernent des versions pirates du système d'exploitation Windows XP et de la suite bureautique Office, mais aussi des versions de Vista. C'est le plus important recours en justice jamais entrepris dans ce domaine par le groupe de Redmond. C'est aussi "la première fois que Microsoft lance ainsi des poursuites au niveau mondial contre des revendeurs sur Internet", a-t-il ajouté. Le leader mondial reproche aux fraudeurs présumés d'avoir vendu sur des sites de vente en ligne comme eBay des logiciels du groupe contrefaits, en dépit de mises en garde qui leur avaient été adressées, voire de mesure d'exclusion des sites à leur encontre.

Eduquer les utilisateurs

La plupart d'entre eux ont été dénoncés par des utilisateurs des produits Microsoft, et les fraudeurs poursuivis en justice ont tous reçu des courriers d'avertissement, selon Microsoft. Les logiciels contrefaits "sont défectueux et dangereux", car ils présentent souvent des failles de sécurité pouvant déboucher sur du vol de données personnelles via des programmes espion (Troyen, par exemple), a précisé Matt Lundy, un avocat de Microsoft. Le groupe dit être décidé à "recourir aux actions en justice nécessaires pour protéger les consommateurs dans le monde entier des méfaits des logiciels pirates".

Selon une étude du cabinet IDC, commandée par Microsoft, plus de la moitié des logiciels Microsoft revendus sur eBay sont des contrefaçons. Face au fléau du piratage, le groupe informatique a intensifié la surveillance de sites de vente entre particuliers comme eBay et est intervenu 50 000 fois cette année pour des cas présumés d'entorse à la propriété intellectuelle de Microsoft. "Il est plus important que jamais d'éduquer les utilisateurs sur les dangers des logiciels contrefaits", conclut l'étude IDC. (AFP)

© La Libre Belgique 2006