Combien de sous-traitants touchés ?

Les pertes d'emplois chez les sous-traitants de VW Forest seront " moins dramatiques" que ce que l'on avait craint au lendemain de l'annonce du plan social, a déclaré, mardi au Parlement, le ministre fédéral de l'Emploi, Peter Vanvelthoven (SP.A), selon lequel " il y aura au maximum 1 100 emplois perdus".

(avec Belga)

Les pertes d'emplois chez les sous-traitants de VWForest seront "moins dramatiques" que ce que l'on avait craint au lendemain de l'annonce du plan social, a déclaré, mardi au Parlement, le ministre fédéral de l'Emploi, Peter Vanvelthoven (SP.A), selon lequel "il y aura au maximum 1 100 emplois perdus". Une vision trop optimiste ? "En fonction des scénarios envisagés, entre 1 410 et 2 289 personnes travaillant dans des entreprises sous-traitantes de Volkswagen perdront leur emploi", a rétorqué l'après-midi même le directeur de cabinet du ministre bruxellois de l'Emploi et de l'Economie, Benoît Cerexhe (CDH), citant des chiffres "validés par les différents partenaires régionaux de la cellule de crise". Selon le cabinet Cerexhe, 800 fournisseurs de VW ont été identifiés et 35 entreprises sont installées en Belgique. Parmi celles-ci, huit produisent des pièces pour le seul modèle Golf, dont VW annonce le rapatriement de la production en Allemagne... Coïncidence : la direction du fabricant de sièges de voitures Johnson Controls a dévoilé mardi, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire convoqué à son siège de Geel, son intention de procéder au licenciement collectif de 230 travailleurs sur les 580 que compte l'entreprise. Johnson Controls fabrique 200 000 sièges de voitures pour le site de Forest, dont 190 000 pour la Golf. Si la production de sièges destinés à VW-Forest devait être totalement interrompue, 230 ouvriers et employés devraient quitter l'usine, a-t-on appris.

"Pas d'illusion à se faire"

Interrogé en Commission des Affaires sociales de la Chambre par Greta D'Hondt (CD & V), le ministre Vanvelthoven a affirmé par ailleurs que "si le coût de production du site de Forest diminue suffisamment, l'usine sera chargée en 2009 du montage de l'Audi A1, ce qui donnera de l'emploi à 3 000 personnes".

Pour le ministre, la décision définitive dépendra de la concertation sociale. "Ne nous faisons pas d'illusion, les travailleurs devront faire de gros efforts. L'arrivée de l'Audi A1 impliquera notamment que les travailleurs devront changer d'employeurs puisqu'ils passeront de VW à Audi et ce avec d'autres conditions de travail", a-t-il dit.

A ce propos, la délégation CGSLB (syndicat libéral) de l'usine de Forest n'entend pas passer de 35 à 38 heures de travail hebdomadaire "sans autre forme de procès", a déclaré Stefaan Van Bockstaele, au lendemain du conseil d'entreprise. "Nous avons déjà fourni des efforts et nous refusons d'en faire d'autres sans broncher", a-t-il déclaré. Le représentant du syndicat libéral s'est dit par ailleurs "pas convaincu" que cette mesure permettra d'économiser un cinquième des coûts salariaux, comme le demande la direction.

Quant à la délégation syndicale FGTB de l'usine, elle présentera ce mercredi une série de propositions à la direction du constructeur allemand afin que des économies puissent être réalisées sans que les travailleurs ne perdent une partie de leur salaire. "Nous disposons de plusieurs pistes", a indiqué Jan Vanderpoorte, du syndicat socialiste, qui considère que "la baisse des coûts salariaux et l'augmentation du temps de travail réclamées par le patronat sont des dossiers politiques".

Sur le même sujet