Atenor récupère des fonds "zaïrois"

C'est une bien ancienne histoire qui ressort dans les comptes du groupe belge Atenor cotée en Bourse de Bruxelles. L'indemnisation de l'entreprise par les autorités de la République Démocratique du Congo (RDC) aura un impact positif sur le résultat annuel consolidé du groupe.

C'est une bien ancienne histoire qui ressort dans les comptes du groupe belge Atenor cotée en Bourse de Bruxelles. L'indemnisation de l'entreprise par les autorités de la République Démocratique du Congo (RDC) aura un impact positif sur le résultat annuel consolidé du groupe. La RDC et l'entreprise ont en effet conclu en début d'année un accord visant à rembourser à la société Atenor Group des créances dues depuis la "zaïrianisation" déclenchée en 1973 par l'ancien dictateur Mobutu. Les autorités de la République Démocratique du Congo (RDC) ont commencé à rembourser Atenor Group en mars dernier. Le second paiement est intervenu au cours du mois de décembre, selon l'entreprise. "Celui-ci aura un impact positif de 1,17 million d'euros sur les résultats consolidés 2006 du groupe", indique le communiqué de la firme établie à La Hulpe. Atenor Group est un ancien actionnaire des sociétés Cometrick (à 79,2 pc), Vicizaire (38,1 pc) et Plantadem (51,5 pc), nationalisées en 1973 par le régime du président zaïrois Mobutu Sese Seko.

Le groupe belge est le mandataire des anciens actionnaires de ces sociétés et défend depuis de nombreuses années les droits relatifs aux créances que ces anciens actionnaires peuvent faire valoir à l'égard de l'Etat congolais (devenu en 1997 la RDC). Un protocole d'accord est intervenu avec les autorités congolaises dans le cadre du programme d'effacement de la dette des pays pauvres très endettés (PPTE) de la Banque mondiale. Pour le groupe Atenor, l'impact total de ces créances s'élèvera à 7,16 millions d'euros sur six ans.

Le groupe Atenor qui a encore partiellement la forme d'un conglomérat s'est spécialisé au fil du temps dans l'immobilier. Mais le groupe belge garde encore un large pôle industriel et commercial qui le positionne un peu curieusement dans le secteur des casques de moto et de loisirs (ImaG), mais aussi dans la communication événementielle (d-side Group), et le marketing direct par le biais de Publimail qui réalise notamment du publipostage. (D'après Belga)