Nouvelle année record pour la Loterie

La Loterie nationale est une affaire qui marche. L'entreprise publique battra encore cette année son record. Sa direction table sur un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros. La clé de ce succès s'appelle Euro Millions.

Sandrine Vandendooren
Nouvelle année record pour la Loterie
©Olivier Pirard

La Loterie nationale est une véritable machine à sous. Son chiffre d'affaires est en passe de battre un nouveau record, cette année. "En date du 17 décembre, les ventes de l'institution publique, tous produits continus, affichaient une croissance de plus de 7 pc, précise Vincent Hotyat, le directeur de la stratégie et du développement à la Loterie. Et les deux dernières semaines de l'année sont traditionnellement les plus fastes pour la Loterie".

De fait, cette année, le week-end de Noël comprendra deux tirages du Lotto : le traditionnel du samedi avec une cagnotte de 2 millions d'euros et celui du Super Lotto du réveillon de Noël, avec un pactole de 7 millions à la clé. "Beaucoup de magasins seront ouverts dimanche. On s'attend donc à des ventes remarquables", ajoute le responsable de l'entreprise publique. Qui extrapole : "si la tendance actuelle se poursuit, on peut raisonnablement penser que la Loterie atteindra au 31 décembre 2006 un chiffre d'affaires de 1,2 milliard". Soit une progression de 8 pc par rapport à 2005 (1,123 milliard d'euros) et un nouveau record dans l'histoire de l'entreprise. Depuis sa transformation en société anonyme, en 2003, le chiffre d 'affaires de la Loterie a ainsi crû de 21 pc.

Ces bons résultats sont dûs essentiellement au succès de l'Euro Millions, ce "superlotto" européen, dont les recettes ont progressé de 85 pc par rapport à 2005. "Cette croissance s'explique par les deux longs cycles de 12 semaines se clôturant par des jackpots de plus de 180 millions d'euros et par les nombreux gagnants en Belgique (75 millions empochés par un couple de Bruxellois; 34 millions par des Gantois et une trentaine de gagnants au rang 2 avec des gains proches de 10 millions). La Belgique est ainsi le pays parmi les 9 à participer à l'Euro Millions à avoir eu le plus de gagnants par rapport aux mises jouées. Tout cela a crédibilisé le jeu et a eu pour effet que l'on a recruté beaucoup de nouveaux joueurs", souligne Vincent Hotyat.

La part de l'Euro Millions dans le chiffre d'affaires de l'entreprise publique est ainsi passée en un an de 16,6 pc à 29 pc.

Les billets à gratter, le retour

Revers de la médaille : le Lotto, cannibalisé par son grand frère européen, a continué à perdre des plumes (-11 pc), malgré les recettes générées par les "Super Lotto". Pour la première fois depuis sa création en 1978, la part de ce produit dans le chiffre d'affaires de la Loterie est passée en dessous de la barre des 50 pc, à 47 pc contre 57 pc encore en 2005.

En revanche, après plusieurs années noires, les ventes de jeux de grattage se sont stabilisées en 2006. "Nous avons lancé cinq nouveaux produits Premium à 5 euros. Ces produits marchent très bien et ont permis aux ventes de billets à gratter de croître à nouveau au dernier trimestre. Ces trois dernières semaines, ces produits ont même représenté plus de 33 pc des ventes de jeux de grattage", souligne Vincent Hotyat.

Des nouveautés pour 2007

Et comment se profile 2007 ? "Ce sera une nouvelle année de croissance", répond son directeur sans avancer de chiffres. Au menu des "nouveautés attractives" pour l'Euro Millions; 7 nouveaux jeux à gratter et "une nouvelle gamme de jeu de loterie qui n'existe pas encore sur le marché" que la Loterie lancera à la fin 2007. Quant aux paris sportifs, l'entreprise ne sait pas encore quand elle pourra concrétiser son projet "Millions League" car "il s'agit d'un projet européen comme l'Euro millions".

© La Libre Belgique 2006


Quelques ombres au tableau Le bilan 2006 de la Loterie nationale, tout rose sur le plan des chiffres, comporte néanmoins quelques points noirs. A plusieures reprises, la politique de marketing de l'institution a fait l'objet de vives critiques de la part des députés. Ceux-ci ont notamment interpellé Bruno Tuybens, le ministre SP.A de tutelle, sur le caractère agressif des campagnes publicitaires de la Loterie, jugé contraire à sa mission publique qui consiste à canaliser le jeu. La Loterie a, par ailleurs, été dans le collimateur du Crioc (Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs). Une de ses enquêtes a révélé que "d ans 85 pc des points de vente, tickets de Lotto et autres billets à gratter étaient délivrés aux moins de 18 ans", ce qui est interdit par la loi. Autre sujet de controverse : la réédition de l'opération "taillé pour gagner" cet été dans le cadre des festivals. Les parlementaires y voient un moyen détourné pour la Loterie de recruter un public jeune, fragile face à l'assuétude au jeu. La Loterie s'est aussi attiré les foudres des libraires, ses partenaires de prédilection, en lançant un billet à gratter pour les 100 ans du COIB, en vente exclusive dans les clubs sportifs. Enfin, pour la première fois de son histoire, l'institution a été perquisitionnée. En cause : des soupçons de malversations à l'égard du directeur du marketing. Celui-ci aurait favorisé son ancienne agence de pub dans l'attribution de contrats. L'enquête est toujours en cours. © La Libre Belgique 2006