Initiative européenne contre le spam

Comment lutter contre les spams ? Chaque jour, des milliers d'e-mails publicitaires non sollicités viennent polluer les boîtes aux lettres électroniques des particuliers et des entreprises, entraînant une perte de temps, d'argent et d'efficacité. Sans compter l'encombrement de la bande passante.

Mathieu Van Overstraeten
Initiative européenne contre le spam
©LLB

Comment lutter contre les spams ? Chaque jour, des milliers d'e-mails publicitaires non sollicités viennent polluer les boîtes aux lettres électroniques des particuliers et des entreprises, entraînant une perte de temps, d'argent et d'efficacité. Sans compter l'encombrement de la bande passante.

Les opérateurs télécoms, aussi, sont fortement touchés par ce fléau. Belgacom, par exemple, a intercepté 3,1 milliards de spams et de virus sur son réseau entre septembre 2005 et septembre 2006. Soit entre 65 et 70 pc de l'ensemble du trafic de courriers électroniques, avec des pointes à 80 pc.

"Intercepté" signifie que ces spams ont été identifiés et arrêtés sur le réseau avant même d'arriver dans les boîtes mails des internautes. Le problème est que les "spammers" parviennent de plus en plus fréquemment à contourner les filtres mis en place. "Diverses technologies naguère très efficaces contre les spams doivent aujourd'hui s'avouer vaincues face à l'apparition des dernières menaces et moyens d'accès des messages spams", explique Andy De Petter, un des spécialistes en la matière chez Belgacom, qui cite notamment le cas des spams constitués d'images, apparus en 2005, et qui sont beaucoup plus difficiles à bloquer que les spams "classiques".

Bloquer 80 pc des spams

Bien sûr, le problème ne touche pas que la Belgique, et seule une collaboration internationale permettrait d'enrayer ce phénomène. Il y a un an, l'opérateur historique belge s'est donc associé aux opérateurs TeliaSonera (Suède et Finlande), KPN (Pays-Bas) et Telenor (Norvège) pour réfléchir ensemble à la manière la plus efficace de lutter contre les spams.

"Les résultats définitifs de ce projet pilote devraient être connus d'ici le mois de juin prochain", dit Fred Werner, le porte-parole d'ETIS, une association qui rassemble 21 opérateurs télécoms européens, et qui a servi de point de départ à cette initiative. "Un groupe de travail a analysé les offres des différentes sociétés actives sur ce marché et il a été décidé de développer une nouvelle technologie avec les fournisseurs McAfee, IronPort et Lobster, un projet européen qui dissèque tout le trafic Internet."

Une muraille virtuelle

L'objectif des quatre opérateurs européens est ambitieux : ils veulent bloquer 80 pc des spams qui arrivent sur leurs réseaux avant même que ceux-ci n'aient l'occasion d'atteindre les serveurs mails. "S'ils y parviennent, cette nouvelle technologie sera sans doute rapidement adoptée aussi par tous les autres opérateurs européens membres d'ETIS", explique Fred Werner. "On estime que seuls 5 pc des spams proviennent effectivement d'Europe. Il serait donc opportun de construire une sorte de muraille virtuelle autour des réseaux télécoms européens."

Reste à espérer maintenant que les "spammers" n'iront pas trop vite pour trouver la riposte. "Il ne faudra pas longtemps, j'en suis certain, pour qu'une nouvelle fraude voie le jour", prévient déjà Andy De Petter.

© La Libre Belgique 2007