Les assurés n'ont pas compris "catnat" !

Une hausse de 16,67 pc. C'est ce que l'ombudsman des assurances a constaté en 2006 dans le nombre de plaintes relatives à l'assurance incendie. Selon son rapport annuel (1) publié hier à Bruxelles, sur un total de 2 543 plaintes reçues l'an dernier, 455 ont concerné la branche incendie, contre 390 l'année précédente.

Philippe Galloy

Une hausse de 16,67 pc. C'est ce que l'ombudsman des assurances a constaté en 2006 dans le nombre de plaintes relatives à l'assurance incendie. Selon son rapport annuel (1) publié hier à Bruxelles, sur un total de 2 543 plaintes reçues l'an dernier, 455 ont concerné la branche incendie, contre 390 l'année précédente.

Pourquoi une telle hausse du nombre de doléances dans cette catégorie d'assurances ? "Les consommateurs n'ont pas bien compris le caractère obligatoire de la loi sur les catastrophes naturelles (loi dite "catnat", NdlR) ", commente Josette Van Elderen, la patronne du service de médiation des assurances, devenu à la fin de l'an dernier le seul point de contact pour toute plainte en matière d'assurances. "Depuis l'entrée en vigueur de la loi catnat, beaucoup d'assurés n'ont pas compris pourquoi on leur imposait une extension de la couverture des risques traditionnellement couverts par la police incendie", précise l'ombudsman.

"Prenons le cas d'un habitant d'un appartement situé au quinzième étage d'un immeuble bruxellois : pour lui, il semble incongru de voir son assurance étendue aux risques d'inondation. Mais c'est faire abstraction du caractère obligatoire de la loi catnat. Cette loi est basée sur la solidarité. Elle prouve le rôle sociétal des assureurs."

De même, certains consommateurs n'ont pas digéré la hausse tarifaire liée à l'extension de la couverture des risques couverts par la police incendie. "Les entreprises d'assurances fixent librement le montant de la prime", leur a répondu l'ombudsman, tout en notant que "face à la réclamation de leur assuré, certains assureurs ont ajusté le montant de la prime au regard des spécificités que présenterait réellement le risque". De l'intérêt de se montrer revendicatif... Selon Assuralia, l'union professionnelle des entreprises d'assurances, la surprime due à la loi catnat atteint en moyenne 4 à 5 € par tranche de 25 000 € de capital assuré.

Compagnies moins visées

De façon générale, l'ombudsman des assurances a constaté une stagnation du nombre des plaintes. Il y en avait eu 2 507 en 2005. On en a recensé 2 543 l'an dernier, ce qui représente une hausse d'à peine 1,44 pc, alors que sur cinq années, la hausse atteint 21,44 pc. L'an dernier est donc une année de stabilisation.

L'ombudsman note même un léger recul (- 0,86 pc) du nombre de plaintes à l'encontre des compagnies d'assurances, "peut-être parce qu'elles organisent mieux le traitement des recours en première ligne". Ainsi, les assureurs ont fait l'objet de 2 311 plaintes. Les courtiers en ont généré 173, soit une hausse de 29,10 pc, et Datassur, qui gère la liste noire des assurés, a fait l'objet de 59 plaintes (+ 40,48 pc).

(1) Le rapport annuel est disponible sur le site Internet de l'ombudsman des assurances Web www.ombudsman.as Les explications sur le dépôt d'une plainte y sont fournies.