Au top : la tour des Finances

C'est à coup sûr le "clou" de cette journée Chantiers ouverts. Et un véritable défi pour la société Interbuild, l'entreprise qui mène à bien la rénovation de la Tour des Finances (face au Botanique à Bruxelles). C'est qu'en pratique il s'agit d'emmener au 28e étage, via deux nacelles extérieures, des visiteurs pour la plupart "amateurs" à une cadence de 5 à 600 personnes de l'heure. Pour le jeune directeur de ce chantier, Manu Coppens (34 ans), ingénieur civil de formation, c'est aussi un pari.

(C.M.)

C'est à coup sûr le "clou" de cette journée Chantiers ouverts. Et un véritable défi pour la société Interbuild, l'entreprise qui mène à bien la rénovation de la Tour des Finances (face au Botanique à Bruxelles). C'est qu'en pratique il s'agit d'emmener au 28e étage, via deux nacelles extérieures, des visiteurs pour la plupart "amateurs" à une cadence de 5 à 600 personnes de l'heure. Pour le jeune directeur de ce chantier, Manu Coppens (34 ans), ingénieur civil de formation, c'est aussi un pari. "Je ne sais pas du tout à quoi m'attendre en termes d'affluence ou d'intérêt des visiteurs, explique-t-il. Nous avons prévu 10 gardes de sécurité sur le parcours et 10 personnes de mon équipe pour donner des explications à ceux qui le désirent". Dans les deux langues, car si ce chantier est "néerlandophone" du fait que le maître d'ouvrage, Breevast, est néerlandais (Pays-Bas), les hommes, eux, sont bilingues. En avant-première, disons déjà que la tour compte 34 niveaux, soit un rez surmonté de 33 étages dont les 4 derniers sont techniques, abritant les systèmes d'aération, de chauffage, d'air conditionné... Un 35e niveau sera ajouté afin de pouvoir accueillir des antennes pour la RTBF et la VRT. Les travaux ont débuté le 5 janvier 2005 et se termineront le 30 avril prochain. "Soit 3 ans et 4 mois", précise avec fierté Manu Coppens. C'est qu'il s'agit d'un projet de 200 000 m² (dont coût : 200 millions d'euros) qui a débuté par un long épisode de désamiantage (1,5 an). "Ce qui est exceptionnel, c'est que nous avons travaillé de haut en bas (tout a donc été "suspendu") et quasiment de front : le gros oeuvre suivait le désamiantage à une distance de... 4 étages, idem pour les techniques spéciales, etc." De quoi occuper pas mal de gens. "Actuellement il y a 450 ouvriers sur le chantier, plus moi-même et mon équipe de 24 conducteurs, chefs de projets et leurs assistants respectifs".