Bonne affaire pour Fortis ?

Les chiffres donnés hier laissent penser que c'est Fortis qui profitera le moins de l'opération de rachat sur ABN Amro proposé par le consortium. L'augmentation du bénéfice par action attendue à l'horizon de fin 2010 est de 4,3 pc pour Fortis, de 7,3 pc pour Royal Bank of Scotland et de 5,3 pc pour Santander.

AvC

Les chiffres donnés hier laissent penser que c'est Fortis qui profitera le moins de l'opération de rachat sur ABN Amro proposé par le consortium. L'augmentation du bénéfice par action attendue à l'horizon de fin 2010 est de 4,3 pc pour Fortis, de 7,3 pc pour Royal Bank of Scotland et de 5,3 pc pour Santander.

Faut-il en déduire que Fortis fait une moins bonne affaire que les autres institutions ? Lors de la conférence de presse organisée hier à Londres par les patrons des trois banques, Jean-Paul Votron, le CEO de Fortis, a démenti que le groupe belgo-néerlandais allait "subventionner les deux autres". Il a expliqué que son groupe allait lever entre 25 et 28 milliards d'euros dont 15 milliards sous forme d'augmentation de capital et 8 milliards via la vente d'actifs non stratégiques et des opérations du type titrisation.

D'après Bertrand Veraghaenne, analyste chez Petercam Asset Management, en se montrant prêt à débourser 24 milliards d'euros (pour racheter les activités aux Pays-Bas, les business units banque privée et gestion d'actifs dans le monde), Fortis va "payer le maximum que l'on pouvait payer". Mais, selon lui, c'est sans doute le prix à payer pour devenir un leader incontesté au Benelux. C'était sans doute aussi la "seule opportunité qui reste".

L'analyste estime que les synergies annoncées à l'horizon 2010 sont peut-être "un peu rapides". Compte tenu de la pression mise par les syndicats, la marge de manoeuvre en matière de restructuration est limitée.

Le trio a annoncé que les réductions d'effectifs seraient moins élevées que celles avancées par Barclays (12 800 pertes d'emplois et 10 800 emplois externalisés). Il a aussi parlé de départs naturels.

In fine, Bertrand Veraghaenne estime que le cours de l'action Fortis pourrait être mis sous pression à court terme. L'action a perdu hier 0,3 pc à 31,21 euros. L'action BSCH (groupe Santander) a elle clôturé en hausse de 1,31 pc.