Champion des profits

otin. Marchant dans les traces de son père - qui dirigea l'entreprise des années 50 jusqu'au milieu des années 80, rachetant au passage de nombreuses banques locales et constituant un des pionniers sur le marché latino-américain -, celui-ci a non seulement fait de SCH la principale banque espagnole, une position acquise en 1994 et renforcée en 1999 par la fusion entre les banques Santander et Central Hispano, mais il en a également fait un acteur international de premier plan. Il a notamment frappé un grand coup en 2004 en rachetant la très rentable banque britannique Abbey National.

(M.V.O.)

Comme le groupe textile Inditex (connu à travers des marques comme Zara, Massimo Dutti, ou Bershka) ou le géant énergétique Endesa, le groupe bancaire Santander Central Hispano (SCH) fait partie des principaux protagonistes du formidable bond en avant de l'économie espagnole au cours de ces dernières années. Créée il y a exactement 150 ans dans la ville de Santander, située au nord de l'Espagne, la banque a multiplié les acquisitions pour devenir aujourd'hui le douzième groupe bancaire au monde, avec une capitalisation boursière de 84 milliards d'euros, près de 70 millions de clients et un total de 130 000 employés répartis dans 40 pays. Les responsables de la banque aiment ajouter aussi qu'ils dirigent une des sociétés les plus profitables du secteur : en 2006, SCH a enregistré un bénéfice net de plus de 7,5 milliards d'euros, un record dans l'histoire de l'économie espagnole. Même si le groupe SCH est dirigé par Alfredo Saenz, sa véritable figure de proue est son président Emilio Botin. Marchant dans les traces de son père - qui dirigea l'entreprise des années 50 jusqu'au milieu des années 80, rachetant au passage de nombreuses banques locales et constituant un des pionniers sur le marché latino-américain -, celui-ci a non seulement fait de SCH la principale banque espagnole, une position acquise en 1994 et renforcée en 1999 par la fusion entre les banques Santander et Central Hispano, mais il en a également fait un acteur international de premier plan. Il a notamment frappé un grand coup en 2004 en rachetant la très rentable banque britannique Abbey National.