Doutes sur un médicament de Sanofi

Les patients participant à des essais cliniques sur le Zimulti/Acomplia, le médicament contre l'obésité de Sanofi-Aventis, ont présenté une probabilité plus élevée de comportement suicidaire que ceux prenant un placebo, constate lundi une analyse de la Food and Drug Administration (FDA) américaine.

Les patients participant à des essais cliniques sur le Zimulti/Acomplia, le médicament contre l'obésité de Sanofi-Aventis, ont présenté une probabilité plus élevée de comportement suicidaire que ceux prenant un placebo, constate lundi une analyse de la Food and Drug Administration (FDA) américaine.

L'étude note parallèlement que le médicament dosé à 20 milligrammes a permis une perte de poids importante sur le plan clinique. Un comité d'experts doit se prononcer mercredi sur une éventuelle autorisation de mise sur le marché du médicament aux Etats-Unis. Connu aussi sous le nom de rimonabant, celui-ci est déjà vendu dans 18 pays sous la marque "Acomplia". Les statisticiens de la FDA précisent que l'indice de pensées et de comportements suicidaires "était supérieur pour le rimonabant à 20 milligrammes comparé au placebo". Ils font le même constat pour des troubles psychiatriques ou neurologiques.

"Risques compensés"

Sanofi, dans un autre document, reconnaît que le nombre de patients faisant état de pensées suicidaires était supérieur mais il ajoute que les bienfaits du médicament "compensent largement les risques définis, qui sont gérables par la pratique clinique". Les deux documents peuvent être consultés sur le site internet de la FDA (www.fda.gov).

A la Bourse de Paris, lundi soir, l'action Sanofi-Aventis a clôturé quasi inchangée (-0,07 pc) à 67,52 euros. (Reuters)